Loire

Distribution

Casino conteste la note de Standard & Poor's mais ne rassure pas le marché

Par Gilles Cayuela, le 03 septembre 2018

Après une chute en Bourse le 31 août, le groupe Casino a vu sa notation financière être dégradée d'un cran par Standard & Poor's. En cause, le niveau d'endettement du groupe qui inquiète.

Siège du groupe Casino à Saint-Etienne.
Dans un communiqué, la direction du géant de la grande distribution a confirmé ses objectifs de désendettement à hauteur d'un milliard d'euros d'ici à la fin de l'année. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

Nouveau coup dur pour le groupe Casino. Après une chute de son action de 10,22 % le 31 août provoquée par le tweet du fonds américains Muddy Waters révélant que la filiale Casino Finance n'avait pas déposé ses comptes 2017, c'est l'agence de notation Standard & Poor's qui a plongé un peu plus le géant de la grande distribution dans la crise.

En effet, ce lundi 3 septembre, l'agence de notation a décidé d'abaisser d'un cran la notation financière du groupe basé à Saint-Etienne à "BB Perspective négative". En cause, l'endettement du groupe qui, selon Standard & Poor's, est "depuis plus de deux ans supérieur à ce qu'impliquerait une note BB +". Dans son rapport, l'agence de notation américaine évoque aussi la récente chute du titre ainsi que "les risques que font peser sur l'ensemble du groupe les échéances de dette de Rallye (holding de contrôle des groupes Casino et Go Sport, NDLR)".

Casino tente de rassurer

Dans un communiqué, le groupe Casino tente de son côté de rassurer le marché en évoquant la non prise en compte par Standard & Poor's du plan de cession de 1,5 milliard d'euros en cours de réalisation, et l'absence d'impact du changement de notation sur le coût de la dette obligataire du groupe 

"Au 30 juin 2018, Casino en France disposait de 5,5 milliards d'euros de liquidité, se composant d'une trésorerie brute de 2,2 milliards d'euros et de lignes de crédits confirmées et non tirées de 3,3 milliards d'euros indépendantes de son rating, dont 3,1 milliards d'euros à échéance 2020-2022", précise la direction dans le communiqué. Et de poursuivre : "Par ailleurs, Casino a déjà racheté 128 millions d'euros de sa dette obligataire depuis début juillet, réduisant d'autant son endettement brut et poursuivra ces rachats".

Constatant que le cours de son action "fait l'objet d'attaques spéculatives", le groupe a par ailleurs confirmé ses objectifs de "réduction de sa dette financière nette en France de 1 milliard d'euros à fin 2018" pour atteindre 2,7 milliards (contre 3,7 milliards à fin 2017), ainsi que sa bonne performance opérationnelle et sa solidité financière.

Suffisant pour rassurer le marché ? Pas sûr ! La valeur du titre, qui a plongé de 46% depuis le début de l'année pour atteindre son niveau le plus bas depuis 20 ans, continuait à descendre à la mi-journée (-2,34 % à 14h).

Siège du groupe Casino à Saint-Etienne.
Dans un communiqué, la direction du géant de la grande distribution a confirmé ses objectifs de désendettement à hauteur d'un milliard d'euros d'ici à la fin de l'année. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture