Rhône

Services

Byblos Group veut répondre aux nouveaux risques sécuritaires

Par Séverine Renard, le 23 septembre 2015

Le groupe, spécialisé dans les métiers de la sécurité, prend en compte les menaces nouvelles pour mieux y faire face. Les solutions techniques et technologiques pour booster les performances des agents opérationnels sont au coeur de sa stratégie de développement.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Terrorisme, cyber-attaque, espionnage... les dangers se sont multipliés et les professionnels de la sécurité privée doivent intégrer cette nouvelle donne. « La profession est en mouvement et en réflexion permanente pour s'adapter », confirme Simon Hoayek. Le président de Byblos Group est convaincu que l'avenir est à l'utilisation d'outils performants pour faciliter la mission des hommes. « L'analyse des images, les systèmes de détection, l'exosquelette... sont des solutions innovantes qui vont permettre aux agents sur le terrain d'être meilleurs dans leur mission. D'un point de vue économique, nous pourrons faire mieux et moins cher grâce à ces solutions », affirme Simon Hoayek qui pense que la déontologie, et non la technologie, fixera les limites du possible. Pour prendre ce virage indispensable, le président de Byblos Group est entré à hauteur de 20 % au capital de Roboost et travaille étroitement avec son dirigeant, Eric Georges, au développement de cette start-up hébergée dans les locaux de Byblos Group à Lissieu. « Créée en mai 2015, Roboost développe une approche système sur-mesure, et non des solutions sur étagère, pour répondre aux attentes des clients. La technologie se met au service de l'humain qui reste au centre du système », détaille le président de Byblos Group. En privilégiant les secteurs de la défense, de la santé et de la sécurité, Roboost devrait mener trois à cinq projets par an. « D'ici à cinq ans, nous tablons sur un chiffre d'affaires entre 6 et 7 millions d'euros ».

Nom de code : SPID

Aujourd'hui, Roboost prend part à un premier projet d'envergure pour le compte de la Défense. Baptisé SPID (Système de Protection Intégré anti-Drones), ce projet réunit un panel d'experts pour mettre au point un outil de détection et de neutralisation des drones. Retenu dans le cadre d'un appel à projet de l'Agence Nationale de Recherche, le consortium est piloté par Byblos Group tandis que le pilotage scientifique et technique est assuré par Roboost. « Fin 2016, nous devrions pouvoir présenter un système opérationnel », estime Eric Georges. Pour l'heure, les équipes mettent en commun leur savoir-faire respectifs en acoustique, optronique ou encore radiogoniométrie pour élaborer un prototype. « Byblos pourrait recourir à ce dispositif pour sécuriser des structures étatiques, mais aussi des sites touristiques, des entraînements sportifs ou des matchs, des propriétés de VIP... », détaille le président-fondateur de Roboost. Le prix d'entrée d'une solution anti-drones pourrait s'établir autour de 50 000 euros.

Cyber-protection et intelligence économique

Loin du cliché de l'agent de sécurité jouant des muscles, Byblos Group souhaite également développer ses activités en intelligence économique et prévention des cyber-attaques. « C'est l'autre grand chantier de notre feuille de route qui devrait se concrétiser dès 2016 par la création d'une filiale », affirme Simon Hoayek. Une compétence supplémentaire pour un groupe déjà bien structuré. « Nous maîtrisons l'ensemble des risques qu'un client peut nous confier avec nos filiales spécialisées dans la sécurité humaine, la sécurité des événements, la formation des professionnels, l'installation et la maintenance de systèmes de sécurité », énumère le président, parti de zéro en 1999. Aujourd'hui, la sécurité des centres commerciaux et des magasins représente une part essentielle de l'activité, mais les agents sur le terrain se déploient aussi sur des sites militaires, des sièges sociaux de grandes entreprises et également des manifestations festives.

Internationalisation programmée

« La sécurité privée et les services de l'ordre public doivent apprendre à collaborer. Nos agents ont développé un vrai sens des responsabilités et sont pleinement engagés dans leur mission », analyse Simon Hoayek. Byblos Group achèvera l'an prochain son maillage du territoire français avec l'implantation de 5 agences dans le Sud-Ouest du territoire, portant le nombre total à 12 agences. « Nous pourrons alors nous tourner vers l'international en ciblant en priorité les pays d'Afrique francophone », ambitionne le président qui mène de main de maître le développement du groupe. Le chiffre d'affaires, qui s'affichait à 40 millions d'euros l'an dernier, devrait d'ailleurs, espère-t-il, bondir à 60 millions d'euros en 2016.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises