Lyon

Finance

Interview Bruno Rousset : « Je mise sur des dirigeants, pas sur des PowerPoint »

Par Audrey Henrion, le 07 juin 2018

Figurant parmi les plus grandes fortunes françaises, Bruno Rousset, 62 ans, est à la tête du holding d'investissement lyonnais Evolem et président du groupe de services en assurance April (928 M€, 3 800 salariés). De huit pôles sectoriels rassemblés dans son activité « plateforme », le dirigeant entend passer à 12 d’ici quatre ans.

Bruno Rousset, président du holding Evolem et du groupe April.
Bruno Rousset, président d'Evolem, cherche à entrer au capital par des opérations majoritaires ou minoritaires via des tickets allant jusqu’à 20 millions d’euros. Sa cible : des entreprises ayant un chiffre d’affaires compris entre 10 et 100 M€. — Photo : Evolem

Le Journal des Entreprises : L'incubateur d’ETI Evolem plateforme, l'accélérateur Evolem Start-up, Evolem Immobilier… quel est le volume de chiffre d’affaires de ces centres de profits pour votre holding d'investissement Evolem ?

Bruno Rousset : Evolem Plateforme génère un chiffre d’affaires d'environ 330 M€. Quant à Evolem Start, nous ne réfléchissons pas en termes de chiffre d’affaires mais d'entreprises accompagnées. Elles sont au nombre de 9 à ce jour (Woonoz, Amoéba, Les opticiens mobiles…) et nous avons l'ambition d'en suivre une dizaine supplémentaire à court terme. Evolem Immobilier a, pour sa part, réalisé 8 projets immobiliers dans le cadre du groupe. Mais ce dont nous sommes le plus fiers est Evolem Citoyen, notre fonds de dotation, qui a lancé 5 actions sociétales dont Eden School, une école numérique dédiée au 14-18 ans.

Vous annoncez vouloir élargir votre portefeuille au sein de la plateforme d’ETI. Quels sont vos critères ?

B.R. : Les secteurs qui nous intéressent sont ceux où il existe une forte barrière à l’entrée, via une marque, une technologie ou une implantation géographique avec des perspectives de croissance et de développement international. Le chiffre d’affaires doit être compris entre 10 et 100 millions d’euros. Nous entrons au capital via des opérations majoritaires ou minoritaires via des tickets allant jusqu’à 20 millions d’euros. Mais en ce moment les prix sont très élevés…

Quelques exemples d’ETI dont vous êtes fiers ?

B.R. : Sodikart (Nantes) est leader mondial de fabrication de karting. Nous misons aussi beaucoup sur Acoem, racheté à Areva en 2011. Nous voulons faire de cette ETI de 670 salariés et 91,5 millions d’euros de chiffre d’affaires un leader mondial dans le domaine de la mesure et de la surveillance intelligente grâce aux technologies des vibrations, de l’acoustique, l’analyse de l’air et de l’eau. Cette entreprise doit par ailleurs permettre à l’ensemble des entreprises Evolem d’accroître ses performances en matière d’empreinte écologique.

Quelle importance donnez-vous au facteur humain dans vos choix d’investissements ?

B.R. : Nous ne misons pas sur un PowerPoint ! Je rencontre systématiquement les dirigeants, lesquels jouent un rôle important dans la réussite des entreprises. Nous leur faisons passer des tests de psychologie, de graphologie. Je m’attache à leur personnalité car le dirigeant doit être capable dans un monde qui change très vite de faire pivoter son business model… Son état d’esprit, sa solidité sont clés dans notre choix d’investir, ou pas.

Comment sourcez-vous les entreprises dans lesquelles vous voulez investir ?

B.R. : Par de la veille, directe ou indirecte. J’ai par exemple organisé en novembre 2017 au siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes l’événement « Insurrection » réunissant 250 acteurs du monde de l’assurance, dont 50 start-up ou insurtechs. C’était pour nous l’occasion de sentir les tendances, de repérer des entreprises. C’est ainsi que Evolem Start a pris des parts dans la start-up parisienne Luko qui conçoit des boîtiers domotiques intelligents.

Où en est le cluster dédié à l’assurance tech dans la Métropole ?

B.R. : Les statuts sont en cours de rédaction. L’idée est de rendre notre profession plus attractive sur un plan RH et technologique, d’aider à recruter des clients, d’automatiser la gestion et d’opérer un travail sur les bases de données.

Selon les informations de Médiacités, Evolem aurait loué les bureaux occupés par April pour 50 millions d’euros et sans le mentionner dans les documents de référence…

B.R. : Ces informations figurent dans les documents de référence du groupe.

Mais cela n'a pas toujours été le cas ?

B.R : Non car ce n’était pas obligatoire à l’époque.

Et concernant le montant la somme perçue par Evolem ?

B.R. : Nous sommes au prix de marché. Nous avons demandé une analyse à BNP Parisbas Real Estate qui le montre. Nous facturions 215 € du m² pour Aprilium 1 tandis que les prix moyens constatés dans le quartier pour ce type de bien étaient de 272 €/m².

Bruno Rousset, président du holding Evolem et du groupe April.
Bruno Rousset, président d'Evolem, cherche à entrer au capital par des opérations majoritaires ou minoritaires via des tickets allant jusqu’à 20 millions d’euros. Sa cible : des entreprises ayant un chiffre d’affaires compris entre 10 et 100 M€. — Photo : Evolem

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail