Rhône

Énergie

Boostheat : « La RSE est une démarche créatrice de valeurs et de progrès »

Par Audrey Henrion, le 16 octobre 2019

La PME conceptrice et productrice de chaudières innovantes Boostheat (modèle hybride entre pompe à chaleur et chaudière à condensation associé à de la compression thermique) vise une certification ISO 9001. Dans cette optique, son conseil d’administration a poussé le fondateur, Luc Jacquet, à aller encore plus loin en validant une démarche RSE.

Luc Jacquet lors de la présentation de l'usine en novembre 2018.
Selon Luc Jacquet, "c’est très vertueux de rentrer dans une démarche de certification". — Photo : Audrey Henrion

Installée sur 5 000 m² dans l’ancien site de Bosch Rexroth à Vénissieux (Rhône), l’usine qui produit la chaudière Boostheat.20 permettant de réduire la consommation d’énergie dans les logements de grande surface, s’est lancée cet été dans une démarche RSE.

Un audit interne et indépendant

En mai, juin et juillet 2019, son fondateur et dirigeant Luc Jacquet a fait appel à l’agence d’analyse extra-financière EthiFinance.

Cet organisme indépendant a évalué, durant l’été, plus de 400 paramètres, correspondant aux critères de notation du référentiel Gaïa Rating. Il a disséqué les pratiques sociales, relatives à la santé et à la sécurité, mais aussi les relations avec les clients, fournisseurs, la gestion des déchets, la politique achat, la logistique et la maintenance du site. Les experts ont ensuite interviewé une vingtaine de collaborateurs (sur 96 au total), puis ont composé des groupes de travail pour analyser et traiter les résultats.

Au final, l’entreprise de Vénissieux a obtenu un score de 67/100, devançant de 15 points la moyenne des entreprises de son secteur. « Nous sommes dans un processus ISO 9001, qui, d’un point de vue industriel, est forcément exigeant. Il nous semblait essentiel d’accompagner cette étape, en nous inscrivant dans une vision éthique globale créatrice de valeurs », insiste Luc Jacquet.

La RSE, un signal positif

Pour le dirigeant, cette démarche est aussi en « cohérence avec nos valeurs. C’est très vertueux d’entrer dans une démarche de certification. Une entreprise qui va dans cette direction est aussi perçue positivement par les investisseurs. Cela nous permet de voir où nous sommes déjà bons et les progrès qu’il nous reste à accomplir. Cette initiative nous apparaît également porteuse de croissance, puisque les entreprises qui rejoignent l’indice Gaïa (environ 1 000, NDLR) surperforment par rapport aux entreprises "classiques" du CAC 40 et du CAC Mid and Small », glisse Luc Jacquet.

Financièrement, l’investissement de Boostheat est significatif, de l’ordre de 30 000 euros. Sans compter les coûts futurs engagés pour suivre les pistes d’amélioration.

Luc Jacquet lors de la présentation de l'usine en novembre 2018.
Selon Luc Jacquet, "c’est très vertueux de rentrer dans une démarche de certification". — Photo : Audrey Henrion

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.