Lyon

Infrastructure

38 millions d'euros pour moderniser le Matmut Stadium

Par A.H, le 11 juillet 2017

Le stade de Gerland connaît depuis le 2 mai et jusqu'au 27 août d'importants travaux de modernisation.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

38 millions d'euros pour transformer un stade de foot en un stade de rugby. Gerland, désormais baptisé Matmut Stadium, a entamé sa mue le 2 mai dernier. Conçu en 1913 par Tony Garnier et inscrit à l'inventaire des Monuments historiques grâce à sa coursive, le site subit une transformation express sous la coupe de l'architecte Albert Constantin (agence AIA), celui des Monuments historiques Didier Repellin, avec une mise en œuvre pilotée par Eiffage Construction. Le groupe de BTP doit livrer le chantier le 27 août, quelques jours avant le premier match de la saison, le 2 septembre face à Brive-la-Gaillarde.

Réduction des places

Au total, 200 personnes sont mobilisées sur le chantier qui consiste en un abaissement des gradins Jean-Bouin et Jean-Jaurès, qui semblent ainsi se rapprocher du terrain. D'autant que les fosses ont été comblées. La jauge de spectateurs passera de 41.000 places à 34.000, avec une projection moyenne les premières années de 24.000 spectateurs. Olivier Ginon, président de GL Events,  locataire du lieu, n'a pas lésiné sur le montant des travaux de transformation. Et pour cause. Le bail emphytéotique prévoit un montant d'investissement total de 66 millions d'euros. Selon le dirigeant, les travaux devraient être amortis sous quarante ans.

Un stade qui rapporte

« La plupart des clubs sont hébergés dans des stades municipaux alors que nous payons et gérons celui-ci 365 jours par an pour un budget de 300.000 euros annuels » fait valoir Yann Roubert, président du Lou Rugby. Le Matmut Stadium dispose d'un budget de 24 millions d'euros par an. Environ 4,5 millions d'euros proviennent des droits télé, 13 à 14 millions des partenaires, la billetterie et les abonnements génèrent 2,5 à 3 millions d'euros et Lou Events, 2 millions d'euros. « Les loges- au-dessus des gradins peuvent accueillir des entreprises, avec la possibilité de privatiser deux grands salons de 800m² chacun » précise l'architecte. Pour Anne-Marie Baezner, directeur d'Eurexpo (groupe GL Events), les espaces corporate « Segeco" abrités dans une tente de 1500 m² à l'entrée du site constituent aussi un formidable espace pour organiser des salons de petites tailles, urbains, au cœur de Lyon et à deux pas du métro. Ou des soirées privées de grande ampleur. L’espace avait d’ailleurs été réservé par l’équipe d’Emmanuel Macron lors de son meeting du 4 février dernier au Palais des Sports, situé juste en face.

Polémique close

Pour Olivier Ginon, la polémique entamée l’année dernière par Jean-Michel Aulas au sujet de l’éventuelle concurrence que pourrait faire le site de Gerland au Stade de l’OL est désormais close. « Nous n’avons pas vocation à accueillir des événements de la même ampleur, qu'à Décines à l’image du concert de Céline Dion donné cette semaine, précise-t-il. Nous avons le droit d’organiser cinq concerts par an, mais pour 30.000 personnes, pas pour 60.000, ce ne sont pas les mêmes genres de "stars" pondère-t-il. Pour Guy Mathiolon, président du Lou Rugby Groupe, « nous menons un projet pour le Lou et non contre l’OL, nous n’avons ni les même enjeux ni la même envergure financière » rappelle-t-il.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition