Finistère
Foil & Co surfe sur la vague du reconditionné
Finistère # Industrie

Foil & Co surfe sur la vague du reconditionné

S'abonner

Récemment installée dans ses nouveaux locaux de Pencran où elle compte relocaliser 80 % de sa production, l’entreprise Foil & Co, spécialisée dans la production de matériels de glisse, poursuit son chemin vers une production plus vertueuse. Elle vient notamment de lancer une activité de reconditionnement de ses produits d’occasion.

Ghislain Melaine, directeur général de Foil & Co depuis l’année dernière, aux côtés d’Antonin Raffarin, directeur marketing — Photo : Jean-Marc Le Droff

Après avoir triplé son chiffre d’affaires en 2021 pour atteindre les 3 millions d’euros, Foil & Co poursuit son développement toutes voiles dehors en surfant sur le succès de ses différentes marques de matériel de glisse. Créée au Tréhou en 2016 par Tanguy Le Bihan, architecte naval et ancien de chez Bénéteau, et son associé Thierry Pen (auquel on doit notamment le réseau Magic Surf), l’entreprise s’est installée en février 2021 à Pencran, près de Landerneau, dans des locaux de 2 700 m2. De quoi monter en puissance et occuper aujourd’hui 34 salariés.

La RSE au centre des préoccupations

Car si elle était, à l’origine, spécialisée dans la conception, le prototypage et la fabrication d’hydrofoils en matériaux composites, Foil & Co a depuis créé sa propre marque de foils (AFS), de windfoils (AHD), de stand-up paddles (Nahskwell)… Ainsi que Sealion Wings, qui propose une gamme de wingfoils, ces planches de foil à voile gonflable qui connaissent un réel engouement chez les passionnés de glisse.

Un développement que Tanguy Le Bihan a souhaité le plus vertueux possible. "Nous avons relocalisé la fabrication de tous nos engins de foils, et nous travaillons actuellement sur la relocalisation d’une partie de la production de nos planches", détaille ainsi Ghislain Melaine, directeur général de l’entreprise.

"Par ailleurs, le bâtiment qui nous abrite est écoconstruit, lumineux, très bien isolé et équipé de panneaux photovoltaïques. Nous récupérons également la chaleur de nos machines que nous avons, pour certaines, conçues nous-mêmes dans un esprit low-tech, afin de chauffer la partie production. Nous réutilisons aussi les chutes de carbone pour produire de nouveaux foils et les chutes polymérisées pour fabriquer des goodies", complète Antonin Raffarin, directeur marketing de Foil & Co.

Toucher de nouveaux clients sur le marché de l’occasion

Pour aller plus loin, Foil & Co vient de se lancer dans le reconditionnement de ses foils. "Nous proposons à nos clients de reprendre leur matériel au prix de l’occasion. Nous reconditionnons ensuite les foils usagés pour leur donner une seconde vie, après douze points de contrôle : rayures, stickers abîmés, etc. Au final, ils ressortent comme neufs, et nous les vendons ensuite sous garantie avec une réduction de seulement 20 à 25 % pour ne surtout pas saturer le marché de l’occasion qui oscille entre 30 et 40 % du prix du neuf", explique le directeur marketing. "C’est une offre que nous n’aurions naturellement pas pu proposer si notre usine avait été basée en Chine. Et au-delà de donner une seconde vie à nos produits, ça nous permet de toucher des clients sur le marché de l’occasion que nous n’avions pas dans notre base de données".

Une proposition qui fait mouche. "Sur 47 offres de reprise, 41 ont été validées lors de notre phase de test, et nous travaillons maintenant pour élargir cette offre à nos planches et nos wings (voiles)", se félicite Antonin Raffarin. Pour continuer à se développer, Foil & Co mise notamment sur l’international, qui représente actuellement 30 % de l’activité, en visant dans un premier temps les marchés britanniques et américains avant de s’attaquer au marché allemand en 2023. Autre piste de développement : la réalisation de pièces sur-mesure pour le monde du nautisme.

Finistère # Industrie # Nautisme # Services