Région Sud
Dans un contexte "chahuté", le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur affiche sa stabilité
Région Sud # Banque # Stratégie

Dans un contexte "chahuté", le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur affiche sa stabilité

S'abonner

Dans un contexte dominé par l’inflation et la hausse des taux, le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur signe une année 2023 finalement stable. La banque régionale a par ailleurs accéléré sur la transition énergétique. À commencer par la sienne, histoire de montrer la voie à ses clients.

De gauche à droite : Philippe Guignard, directeur des marchés des entreprises, José Santucci, directeur général, Catherine Barnel, présidente, et Patrick Beaudon et Thierry Hardy, directeurs généraux adjoints — Photo : Olivia Oreggia

Après une année 2022 record, 2023 était attendue comme "une année très difficile" selon José Santucci, directeur général du Crédit Agricole Provence Côte d’Azur, prise entre hausse des taux et inflation.

"Solidité renforcée"

Tout compte fait, les résultats de la banque territoriale de 2 845 collaborateurs, qui couvre les Alpes-Maritimes, le Var et les Alpes-de-Haute-Provence, "sont nettement meilleurs" que prévus. "Alors que nous nous attendions à un résultat en baisse de 20-25 %, nous avons finalement un résultat à peu près stable, ce qui est d’une part un élément de réassurance par rapport à l’environnement puisque les crédits (20,6 Md€ d’encours de crédit, NDLR) que nous faisons sont réalisés à partir de la collecte de nos clients (30 Md€ d’encours de collecte, NDLR), il est donc important que les épargnants soient rassurés. D’autre part, cela vient renforcer la solidité de l’entreprise."

Un million de clients en 2025

Le résultat net est en effet quasi inchangé à 117 millions d’euros contre 118 millions d’euros l’année précédente. Quant au produit net bancaire (PNB), il s’affiche à 513 millions d’euros, contre 519 millions d’euros. Pour trouver des chiffres à la hausse, c’est du côté de la clientèle avec 969 000 clients dont 10 000 nouveaux côté entreprises. "Nous pensons atteindre le million de clients d’ici juin 2025", précise le dirigeant qui rappelle par ailleurs que le Crédit Agricole PCA a été élu banque préférée sur son territoire.

Être un "accélérateur"

En 2023, la banque régionale a renforcé son engagement sur les transitions. À commencer par la sienne avec un objectif d’exemplarité. Question de crédibilité. "Nous sommes d’abord une entreprise, souligne ainsi Philippe Guignard, directeur des marchés entreprises au sein du Crédit Agricole PCA. Et quand nous conseillons une entreprise, en tant qu’entrepreneur nous-même, l’écho est différent."

Comme lorsqu’elle "accompagne" une centaine de ses salariés dans l’acquisition de véhicules électriques ou quand elle réalise son bilan carbone avec 20 000 tonnes de CO2 au compteur et un objectif de neutralité à l’horizon 2050, pour elle-même mais aussi pour ses clients qu’elle veut précisément aiguiller en se servant de sa propre expérience. "Cela va au-delà bien sûr de notre métier traditionnel de banquier, il s’agit aussi d’être un accélérateur, un facilitateur de l’essor et du développement des transitions", ajoute Philippe Guignard.

Lors de la traditionnelle présentation des résultats de l’année écoulée, le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur a affirmé sa stabilité et sa "solidité" — Photo : Olivia Oreggia

90 % des dossiers incluent la transition énergétique

"Au départ, le Crédit Agricole n’est peut-être pas forcément légitime pour parler de transition, confirme Patrick Beaudon, directeur général adjoint. Pourquoi une banque parle-t-elle parle du sujet ? Mais il n’y a pas une seule journée où je ne parle pas de transition. Début 2023, dans les dossiers de crédits qui nous analysions, près de 20 % concernaient la vision stratégique de nos clients sur la transition énergétique. Un an après, c’est 90 % des dossiers ! Cela ne veut pas dire bien sûr, qu’ils sont tous matures mais cela montre que c’est majeur pour les chefs d’entreprise."

"Démonter progressivement notre économie"

Depuis plusieurs mois, le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur joue les tiers de confiance en "labellisant" des acteurs du secteur (photovoltaïque…) qu’elle recommande auprès de sa clientèle. "On a pu faire une vingtaine de projets dans l’année et cela ne rapporte rien au Crédit Agricole", précise José Santucci. L’attente est si forte en matière de rénovation du logement que la banque dédie désormais une équipe de 8 personnes pour conseiller et aider collaborateurs et clients face aux interrogations et à la complexité administrative inhérente au sujet. "On est en train d’inventer une nouvelle économie, conclut le directeur général. Il faut réussir à transformer et démonter progressivement notre économie assez largement basée sur une énergie carbonée, vers une économie certainement plus frugale et une énergie bas carbone. C’est là que le rôle du financeur et de la banque est important."

Région Sud # Banque # Stratégie