Colmar

International

Trois PME japonaises choisissent Colmar pour attaquer le marché européen

Par Lucie Dupin, le 08 décembre 2017

Trois entreprises japonaises du secteur des biotech - Maeda, Imedex et Nisshin - font le choix de Colmar pour installer leur bureau de liaison international et s’attaquer au marché européen.

Photo : DR

Accompagnées dans leur processus d’installation par l’Agence d’attractivité de l’Alsace (AAA), trois PME japonaises bénéficient de services administratifs et commerciaux en partenariat avec le centre d’affaires franco-allemand IPN-Eurocentre à Colmar.
« Le centre d’affaires franco-allemand a été créé en 1992. Nous proposons des prestations d’hôtel d’entreprises à nos clients majoritairement allemands, même si, avec le temps, nous avons accueilli de plus en plus de clients internationaux qui développent leurs affaires en France et en Allemagne.
Les sociétés étrangères disposent d’une domiciliation en France avec une structure légère pour éviter les coûts fixes et les risques. A côté de nos prestations commerciales destinées au développement des entreprises, nos locaux accueillent également des entreprises déjà implantées. Au total, nous représentons 125 entreprises et avons contribué à créer 80 emplois au sein des entreprises accompagnées par nos services », détaille Claude Froehlicher, directeur général d’IPN-Eurocentre, qui se dit « impressionné par l’engagement, la motivation et l’énergie déployés par ces PME japonaises pour leur développement européen ».

Porte d’entrée vers les marchés européens

L’entreprise Maeda (140 personnes, CA : 25 M€ ) fabrique des pommades et des patchs pour les maladies de la peau. Imedex (75 personnes ; CA : 9 M€) fabrique des électrodes imperméables utilisées à l’origine dans le domaine de la santé. Enfin, Nisshin (20 personnes ; CA : 4 M€) est spécialisée dans le moulage par injection de pièces plastiques pour l’industrie et les instruments médicaux.

Toutes s’accordent à dire que leur présence en Alsace à la frontière suisse et allemande est une porte d’entrée pour toucher le marché européen. « L’enjeu est d’étendre notre technologie spécifique à des clients européens. Il faut construire ce marché qui ne vient pas tout seul, c’est win-win », prévient Shigeru Takemoto, directeur de Nisshin.

Faciliter les liens économiques

Les liens économiques entre le Japon et l’Alsace sont historiques et ont été tissés dès le XIXe siècle lors de l’épopée de l’industrie textile. Aujourd’hui, l’Alsace accueille une vingtaine d’entreprises japonaises, génératrices de quelque 3000 emplois.
De 1982 au début des années 2000, la Région Alsace disposait d’un bureau permanent à Tokyo pour des missions de prospection. De grands noms de l’industrie nippone se sont alors implantés sur le territoire alsacien, tels Ricoh, Sharp, THK, Mitsubishi…

« Aujourd’hui, le monde a changé, les investissements internationaux se sont digitalisés et la présence physique de l’Alsace au Japon n’est plus nécessaire. Les grandes entreprises japonaises sont déjà installées ici et les PME qui voudraient sauter le pas nécessitent un type d’accompagnement spécifique », souligne Marie-Reine Fischer, présidente de l’AAA. La mission de l’agence est la prospection économique à l’international.

Celle-ci s’est vue confier le dossier japonais apporté par Business France avec l’objectif de développer l’implantation de ces trois PME en Alsace. Pour l’accompagnement stratégique, commercial et la flexibilité des solutions d’accueil, l’AAA travaille en partenariat aussi bien avec l’IPN que le Ceeja, centre d’études et de recherches sur le Japon et des consultants basés à la fois au Japon et en Alsace.

Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.