Strasbourg

Attractivité

Interview Strasbourg Événements : « Les palais des congrès sont des outils de développement économique »

Entretien avec Jean-Eudes Rabut, président du directoire de Strasbourg Evénements, et Albane Pillair, DG

Propos recueillis par Lucie Dupin - 04 septembre 2019

Alors que la Foire européenne ouvre ses portes du 6 au 16 septembre prochains, Jean-Eudes Rabut et Albane Pillair, président du directoire et directrice générale de la société d'économie mixte Strasbourg Événements, exposent les enjeux des outils de développement économique que sont le Palais des congrès et le Parc Expo de Strasbourg. Ils sont exploités par le groupe lyonnais GL Events à travers sa participation dans la SEM.

Jean-Eudes Rabut, président du directoire de Strasbourg Evénements, et Albane Pillair, directrice générale
Jean-Eudes Rabut, président du directoire de Strasbourg Événements, et Albane Pillair, directrice générale, disposeront d'un nouveau Parc des Expositions d'ici à 2021. — Photo : © Lucie Dupin

Le Journal des Entreprises : La Foire Européenne de Strasbourg ouvre ses portes le 6 septembre et marque la rentrée économique. Sous quelle configuration se déroule-t-elle?

Jean-Eudes Rabut : C’est l’un des temps forts de l’année pour le Parc des expositions de Strasbourg. L’édition 2018 a accueilli 166 000 visiteurs sur dix jours. Cette année, en raison de la réfection du Parc des Expositions (PEX) dont la livraison est prévue en 2021, l’événement se déroule dans une version reconfigurée et est organisée sur la plateforme Kieffer, à l’arrière de l’hôtel Hilton. Il s’agit certes d’installations transitoires, mais haut de gamme, pour rassurer les exploitants.

C’est la première fois que GL Events exploite un Palais des congrès sur le modèle d’une société d'économie mixte…

J.-E. R. : Les palais des congrès sont des outils de développement économique et d’attractivité. La logique est similaire pour les parcs des expositions, à laquelle s’ajoute la dimension "vitrine de l’économie locale". Il s’agit de proposer des salons professionnels par filière pour mettre en avant l’excellence d’un territoire. Les collectivités investissent donc dans ces équipements, au bénéfice de l’ensemble du secteur du tourisme d’affaires.

« En 2018, les retombées économiques des salons étaient de 155 M€. »

À Strasbourg, la Ville et l’Eurométropole ont fait le choix d’un gestionnaire privé avec l’entrée de GL Events dans la SEM « Strasbourg Événements » (111 salariés) détenue à 50 % par l’Eurométropole et la Ville, à 47 % par GL et à 3 % par la CCI, l’Office du tourisme de Strasbourg, la Région et la Ville de Kehl. La délégation de service public, conclue en 2016, court jusqu’en 2036 et concerne l’exploitation du Palais de la Musique et des Congrès (PMC) et du PEX.

Comment se répartissent l’activité et l’organisation des salons ?

Albane Pillair : Strasbourg Événements a dépassé pour la première fois les 21 M€ de chiffre d'affaires en 2018. L’activité est réalisée à 60 % par le PMC et à 40 % par le PEX. En comparaison, en 2014, le CA était de 16 M€. Le développement de l’activité et le business model ont permis d’accroître le CA de 6 M€, quand la diminution du périmètre de la Foire européenne a fait décroître le CA d’1 M€. Les retombées économiques sont passées de 105 M€ en 2014 à 155 M€ en 2018.

La croissance de l’activité a notamment bénéficié du développement de l’offre en propre (Strasbourg Événements organise huit salons en propre autour de la gastronomie, du tourisme, de l’œnologie ou encore de l’habitat). L’offre s’est étoffée de deux créations, et le salon Auto-Moto Classic a connu un bon succès pour ses deux premières éditions. En revanche, le salon du chocolat n’a pas été renouvelé, en raison d’un manque d’impulsion de la part des professionnels. Nous avons un travail à mener avec les Chambres des métiers et de l’artisanat.

Par ailleurs, nous sommes parvenus à faire revenir des manifestations BtoB et des congrès nationaux tournants, qui avaient regardé ailleurs quand le PMC était en rénovation. Les événements corporate sont également une cible commerciale, à l’image d’Adidas, Merck et Würth, venus organiser leur convention interne. Aujourd’hui, avec la réfection du PEX, nous commercialisons un site sur papier pour 2021-2022.

Jean-Eudes Rabut, président du directoire de Strasbourg Evénements, et Albane Pillair, directrice générale
Jean-Eudes Rabut, président du directoire de Strasbourg Événements, et Albane Pillair, directrice générale, disposeront d'un nouveau Parc des Expositions d'ici à 2021. — Photo : © Lucie Dupin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.