Strasbourg

Santé

Spin-off du CeeD, Ilonov s'apprête à lever des fonds

Par Lucie Dupin, le 14 juin 2021

Le CeeD, centre européen d’études du diabète basé à Strasbourg, est à l’origine de la création de plusieurs start-up pour développer des technologies ou des médicaments. La start-up Ilonov, créée il y a quelques mois, prépare sa première levée de fonds.

Le professeur Michel Pinget (à gauche) est le directeur scientifique d’Ilonov, présidé par le docteur Karim Bouzakri et dirigé par la docteure Anastasia Grabarz.
Le professeur Michel Pinget (à gauche) est le directeur scientifique d’Ilonov, présidé par le docteur Karim Bouzakri et dirigé par la docteure Anastasia Grabarz. — Photo : CeeD

Centre européen d’études du diabète, le CeeD, fondé il y a trente ans à Strasbourg, tire ses revenus essentiellement de fonds propres, de dons, de subventions obtenues à la suite d'appels d'offres et du crédit d'impôt recherche. Pour compléter son modèle économique (1,5 à 2,5 millions d'euros de budget de fonctionnement, 40 salariés), le centre spécialisé dans l'étude du diabète de type I et II est également à l'origine de la création de sociétés spin-off.

Valoriser des start-up

Comme Defymed, qui développe des dispositifs médicaux depuis 2011, et Asdia, start-up fondée en 2002 spécialisée dans les prestations de santé. En 2014, la valorisation d'Asdia à hauteur de 20 millions d’euros est venue abonder les ressources du CeeD.

La dernière start-up en date a été lancée fin 2020 sous le nom d’Ilonov. Cette biotech développe de nouvelles biothérapies intervenant dans la prévention et le traitement des diabètes, ceci à partir de muscles. "La création d’Ilonov permet d’entrer dans les phases de développement préclinique afin d’aboutir au produit qui sera un médicament de type biologique", précise le CeeD.

Levée de fonds en préparation pour Ilonov

Des travaux issus du travail de l’équipe de recherche du CeeD, fondé et présidé par le professeur Michel Pinget, qui revendique l'indépendance de son association vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques. "Le CeeD peut investir de manière libre car il ne dépend pas du CNRS, de l'Inserm ou encore de l'Université", abonde Anastasia Grabarz, directrice générale de la medtech Ilonov.

Pour lancer les études précliniques pour une administration de sa thérapie chez l’homme à l’horizon 2024, Ilonov prépare une levée de fonds. La biotech incubée au Semia espère lever 1,5 million d’euros auprès de fonds français et européens. Elle se dit déjà en discussion avec le fonds régional Capital Grand Est. Ilonov est par ailleurs lauréat de la Bourse French Tech Emergence de Bpifrance et a reçu 90 000 euros dans ce cadre. La start-up est également finaliste du concours national I-Lab d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes.

Le professeur Michel Pinget (à gauche) est le directeur scientifique d’Ilonov, présidé par le docteur Karim Bouzakri et dirigé par la docteure Anastasia Grabarz.
Le professeur Michel Pinget (à gauche) est le directeur scientifique d’Ilonov, présidé par le docteur Karim Bouzakri et dirigé par la docteure Anastasia Grabarz. — Photo : CeeD

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail