Bas-Rhin

International

Interview « S'implanter en Allemagne, un tremplin pour l'international »

Entretien avec Frédéric Berner, directeur général de la Chambre de commerce franco-allemande et Julien Keller, avocat associé chez KPMG

Propos recueillis par Lucie Dupin - 15 mai 2019

Frédéric Berner, directeur général de la chambre de commerce franco-allemande, et Julien Keller, avocat associé chez KPMG, sont revenus, à l’invitation du Medef Alsace et de KPMG, sur les opportunités de développement des entreprises françaises sur le marché allemand.

Frédéric Berner, directeur général de la Chambre de commerce franco-allemande, et Julien Keller, avocat associé chez KPMG
Invités par le Medef Alsace et KPMG, Frédéric Berner, directeur général de la Chambre de commerce franco-allemande (à gauche), et Julien Keller, avocat associé chez KPMG, ont présenté le travail d'accompagnement des entreprises dans leur implantation en France et en Allemagne. — Photo : © Lucie Dupin

Le Journal des Entreprises : Combien d'entreprises alsaciennes sont implantées en Allemagne ?

Julien Keller : Sur les 3 000 entreprises françaises qui ont fait le choix d’ouvrir une filiale en Allemagne, 67 sont alsaciennes. Elles détiennent au moins 25 % du capital d'une entreprise allemande.

Les entreprises françaises implantées en Allemagne soulignent plusieurs avantages. Ainsi, être présent outre-Rhin, c’est un tremplin pour un lancement international, puisque les entreprises ont ainsi la possibilité de s’ouvrir à d’autres marchés comme la Suisse, l’Autriche, l’Europe de l’Est, voire la Russie. Les entrepreneurs français en Allemagne reconnaissent également la stabilité politique et économique, avec peu de conflits sociaux. Par ailleurs, un enjeu crucial réside dans l’industrie du futur. En investissant en Allemagne, les entreprises ont des retours profitables sur l’industrie 4.0 et la filiale allemande peut tirer ce thème dans la maison-mère française.

Pourquoi beaucoup d'entreprises allemandes choisissent l'Alsace ?

J.K : Environ 4 000 entreprises allemandes sont implantées en France. Pour des raisons historiques de proximité linguistique et culturelle, 700 d’entre elles ont choisi d’implanter leur filiale française en Alsace. Cependant, c’est en Ile-de-France que l’on retrouve la plupart des entreprises allemandes implantées dans l'Hexagone. De plus, il s’agit principalement de filiales commerciales, les sites de production restant quant à eux en Allemagne.

Quel est le portait économique de l’Allemagne à prendre en compte dans les relations économiques franco-allemandes ?

Frédéric Berner : L’Allemagne est la première puissance économique de l’Union européenne et la quatrième puissance mondiale. Le territoire allemand correspond aux deux tiers de la superficie française pourtant, l’Allemagne est 1,2 fois plus peuplée que la France, sa densité est deux fois plus importante et, en octobre 2018, le taux de chômage y était de 3,3 %, contre 9 % en France.

«  La France n'est plus que le quatrième partenaire économique de l’Allemagne. »

En miroir, la France n'est plus que le 4e partenaire économique de l’Allemagne, après la Chine, les États-Unis et les Pays-Bas. Une particularité dans cette relation économique franco-allemande, c’est que l’Allemagne est restée un pays industriel. Le secteur de l’industrie représente 22 % du produit intérieur brut quand en France, il en représente 11 %. Et en 2016, la production industrielle a même augmenté de 11 % en Allemagne, alors qu’en France, cette croissance était de 2 %. Les principales branches industrielles allemandes sont l’industrie automobile, la construction mécanique, l’industrie du métal, la chimie et la pharmaceutique, l’agroalimentaire ou encore l’électrotechnique.

Par ailleurs, il faut savoir que ces branches sont implantées assez uniformément dans le pays. Aucun Land en particulier n’est donc spécialisé. Il s’agit d’un paramètre à prendre en compte pour une entreprise française envisageant une implantation en Allemagne. 

A lire sur le sujet :

La maison d'édition allemande Springer a publié un ouvrage collectif au sujet du modèle du Mittelstand allemand en France, Der deutsche Mittelstand in Frankreich. Bpifrance en a publié une synthèse en français. 

Frédéric Berner, directeur général de la Chambre de commerce franco-allemande, et Julien Keller, avocat associé chez KPMG
Invités par le Medef Alsace et KPMG, Frédéric Berner, directeur général de la Chambre de commerce franco-allemande (à gauche), et Julien Keller, avocat associé chez KPMG, ont présenté le travail d'accompagnement des entreprises dans leur implantation en France et en Allemagne. — Photo : © Lucie Dupin

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture