Bas-Rhin

Électronique

Proto-Electronics dynamisé par l'appel à projets « France Relance »

Par Charlotte Stiévenard, le 27 novembre 2020

Le fabricant de prototypes de cartes électroniques Proto-Electronics basé à Rosheim est lauréat de l’appel à projets national lancé dans le cadre du plan de redressement de l’économie « France Relance » du gouvernement français. Le Bas-Rhinois compte doubler son chiffre d’affaires d’ici trois ans.

Proto-Electronics à Rosheim produit des prototypes de cartes électroniques.
Chez Proto-Electronics à Rosheim, les opérateurs et opératrices sont recrutés pour leur minutie nécessaire à la fabrication de prototypes. — Photo : ©Proto-Electronics

Pour l’État français, Proto-Electronics (CA : 4,4 M€, 32 collaborateurs) est une entreprise « stratégique ». Le Bas-Rhinois a été sélectionné lors d’un appel à projets national lancé dans le cadre du plan gouvernemental « France Relance » de 100 milliards d’euros. Il vise à retrouver le niveau d’activité d’avant crise en deux ans en « favorisant la localisation des activités d’avenir en France ». Proto-Electronics, fabricant de prototypes de cartes électroniques, en percevra près de 320 000 euros.

Une aide destinée aux entreprises saines

« Cet appel à projets nous a plu, car il fallait montrer que nous étions une entreprise saine », se réjouit Damien Rossignon, le président de Proto-Electronics qui a créé la société en 2013, à partir d’une activité développée au sein du sous-traitant électronique Altrics (CA : 41,5 M€, 650 collaborateurs), dont il est aussi le fondateur. Ces deux entreprises indépendantes sont installées sur le même site à Rosheim. « Auparavant, il fallait quatre semaines à un ingénieur électronicien pour obtenir un prototype de carte électronique, précise Damien Rossignon. Nous avons réussi à réduire ce délai à cinq jours ». La société simplifie donc une étape capitale de la chaîne d’innovation. Elle est présente dans quasiment tous les secteurs de l’économie, de l’automobile à l’industrie, en passant par les objets connectés ou encore la bionique.

L’appel à projets nommé « Résilience » permettra à Proto-Electronics de financer un plan d’investissement de 1,3 million d’euros sur trois ans. La société espère multiplier son chiffre d’affaires par deux d’ici à 2024 grâce à l’achat de nouvelles machines, mais aussi l’embauche de 25 personnes. Deux ont déjà été recrutées à l’automne pour participer au développement du site internet. « Notre plateforme numérique permet aux ingénieurs électroniciens de chiffrer leur projet directement en ligne et de façon automatique », explique le président de la société.

Des commandes 7 jours sur 7

Proto-Electronics a accès en direct aux stocks des quatre grands fournisseurs de composants mondiaux, deux aux États-Unis, un au Royaume-Uni et un en Europe du Nord. Le passage de commandes peut ainsi se faire 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Un atout en temps de confinement. « Depuis la crise, les gens travaillent à n’importe quelle heure. Nous recevons des commandes la nuit et les week-ends », explique Damien Rossignon.

Aujourd’hui, Proto-Electronics réalise 30 % de son chiffre d’affaires à l’export et livre dans 17 pays, dont les États-Unis, le Canada, Israël ou encore la Grèce. Le site internet est disponible en cinq langues, anglais, français, allemand, italien et espagnol. L’objectif est d’atteindre les 50 % à trois ans. « Nous voulons devenir le leader européen, car ici nous sommes capables de livrer en une journée. Il est aujourd’hui important d’être proche du marché de destination », explique le président.

La crise a ralenti la croissance de l’entreprise qui vise néanmoins un chiffre d’affaires de 5,5 millions d’euros en 2020, soit 10 % de plus qu’en 2019 contre les 25 % attendus. En cause, les livraisons de composants ralenties depuis les États-Unis et l’Asie en début de crise, mais aussi la faiblesse du marché de l’automobile et de l’aéronautique, pas complètement compensée par les commandes des transports (vélos électriques), des drones ou de l’industrie.

Proto-Electronics à Rosheim produit des prototypes de cartes électroniques.
Chez Proto-Electronics à Rosheim, les opérateurs et opératrices sont recrutés pour leur minutie nécessaire à la fabrication de prototypes. — Photo : ©Proto-Electronics

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail