Strasbourg

Santé

Phicogis exporte grâce à son sticker antidrogue

Par Charlotte Stiévenard, le 02 septembre 2022

Le strasbourgeois Phicogis, spécialisé dans la commercialisation de préservatifs, a déposé un brevet pour un sticker antidrogue à apposer sur son verre. Avec ce nouveau produit, la société d’Eschau veut se développer à l’international.

Avec son sticker antidrogue, la commercialisation d’alcootests et de bouchons d’oreilles représente 20 % du chiffre d’affaires de Phicogis.
Avec son sticker antidrogue, la commercialisation d’alcootests et de bouchons d’oreilles représente 20 % du chiffre d’affaires de Phicogis. — Photo : Phicogis

Phicogis était jusqu’alors spécialisé dans les préservatifs, principalement pour les marchés publics français. La société d’Eschau, dans l’agglomération de Strasbourg, en commercialise ainsi entre 10 et 14 millions par an, fabriqués en Malaisie et en Chine par les mêmes fournisseurs que les marques connues du secteur.

Début 2022, elle a lancé la commercialisation d’un sticker antidrogue à apposer sur son verre. Le "French Drink Guard" (FDG) empêche l’introduction illégale de substances dans les boissons des consommateurs des bars. "Nous avons choisi un nom en anglais, car ce produit doit nous permettre de développer la part des exportations dans notre chiffre d’affaires", estime Vincent Wernette, le fondateur de cette société. Celui-ci s’est élevé à 2,5 millions d’euros en 2021 pour cinq collaborateurs (2 700 clients) dont 5 % réalisés à l’international. D’ici deux ans, Phicogis espère atteindre les 20 %.

Un brevet déposé en février 2022

Pour commencer, après six mois de développement Phicogis a déposé un brevet pour son nouveau produit en février 2022. Composé de polypropylène et de papier, il est recyclable et agréé alimentaire par l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA). Sa production est réalisée par la société Ate Développement, à Val-de-Moder, dans le Bas-Rhin. Le FDG a connu un premier succès en début d’année avec une commande de 14 500 protège-gobelets par la préfecture du Bas-Rhin et l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) pour une campagne de sensibilisation des professionnels de la nuit aux risques liés au GHB/GBL, une drogue utilisée par les auteurs d’agressions sexuelles.

Un distributeur dans chaque pays

Jusqu’ici, la part du chiffre d’affaires représentée par la commercialisation d’alcootests, de bouchons d’oreilles et du sticker antidrogue représente 20 % du chiffre d’affaires contre 80 % pour les préservatifs. Les alcootests, bouchons d’oreilles et le sticker sont commercialisés en Europe, en Amérique du Sud et en Amérique du Nord. "Concernant les préservatifs, pour des raisons de normes, nous n’avons pas le droit de dépasser l’Europe", indique Vincent Wernette. Avec le sticker antidrogue, Phicogis veut se développer dans une quinzaine de pays : l’Espagne, le Portugal, l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, la République tchèque, la Pologne, la Suède, la Finlande, l’Irlande, la Belgique, la Hollande, mais aussi le Canada, les USA, le Mexique et le Chili. "Notre stratégie est de trouver un distributeur dans chaque pays où nous souhaitons commercialiser notre produit afin de nous représenter", indique Vincent Wernette.

Phicogis poursuit ainsi sa diversification. En 2020, au début de la crise sanitaire, il s’était lancé dans l’importation de masques, ce qui lui avait alors permis de réaliser quatre millions d’euros de chiffre d’affaires. "Nos fournisseurs de préservatifs fabriquent aussi des masques, des gants et des blouses. Nous étions donc déjà en contact avec eux. Notre activité a été fortement perturbée par le Covid, mais nous avons pu bénéficier de cette demande", explique le dirigeant.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition