Strasbourg

Industrie

Interview Moulins de Strasbourg : "Nous allons récupérer la chaleur fatale de Blue Paper"

Entretien avec Lionel Chevrier, directeur général des Moulins Advens

Propos recueillis par Lucie Dupin - 16 novembre 2021

Pour s’ancrer dans une démarche d’économie circulaire et de respect de l’environnement, le meunier alsacien, Les moulins de Strasbourg, revoit son alimentation en énergie et ses modes de livraison.

Les Moulins de Strasbourg, dirigés par Lionel Chevrier, entrent dans un processus de réduction des dépenses énergétiques.
Les Moulins de Strasbourg, dirigés par Lionel Chevrier, entrent dans un processus de réduction des dépenses énergétiques. — Photo : Moulins Advens

Les Moulins Advens sont engagés dans une démarche d’économie d’énergie pour leur site de production de Strasbourg. En quoi cela consiste-t-il ?

Les Moulins de Strasbourg (CA 2020 : 65 M€ ; 135 collaborateurs) appartiennent au groupe Moulins Advens (CA 2020 : 120 M€ ; 235 collaborateurs). Le site alsacien est situé dans la zone industrialo-portuaire. Celle-ci fait l’objet d’une démarche de récupération d’énergie issue des processus industriels. Cette énergie, dite chaleur fatale, est réinjectée dans les réseaux pour alimenter en chauffage des quartiers résidentiels comme le Wacken à Strasbourg. Dans la zone industrielle du Port du Rhin, la première entreprise à fournir cette énergie fatale depuis le printemps 2021 est la papeterie Blue Paper (CA 2020 : 110 M€ ; 165 collaborateurs). Ce réseau de chaleur, appelé R-PAS, est porté par les Ports de Strasbourg, R-CUA, filiale R-GDS (CA 2020 : 50 M€, 212 collaborateurs), et la Banque des Territoires. Depuis 2019, les Moulins et R-CUA travaillent sur le sujet pour démontrer la faisabilité thermique de l’utilisation de chaleur fatale pour notre site de production.

De quelle manière cela se concrétise-t-il ?

Les Moulins de Strasbourg et R-CUA ont signé un accord pour l’alimentation des Moulins en chaleur fatale depuis le nouveau réseau de chaleur R-PAS. Notre entreprise est ainsi la première dans la zone portuaire à bénéficier de cette chaleur fatale une fois que celle-ci aura permis de chauffer des logements au Wacken, notamment. Nous injecterons cette énergie pour chauffer nos locaux sociaux et pour préchauffer l’air pour sécher la farine. Cela représentera 1 000 tonnes de CO2 économisées par an. En théorie, nous ne devrions plus utiliser de gaz dans nos bâtiments tertiaires, sauf en cas de panne dans le réseau. Nous investissons 200 000 euros dans ce projet, avec un retour sur investissement sur an et demi. Les travaux de raccordement au réseau sont en cours de finalisation pour une mise en service prévue d’ici la fin de l’année.

Pour réduire leur empreinte carbone, Les Moulins Advens ont aussi fait le choix d’un nouveau mode de livraison plus respectueux de l’environnement…

Pour livrer les trois à cinq tonnes de farine par jour aux boulangers du centre-ville strasbourgeois, Les Moulins de Strasbourg font désormais appel à la société alsacienne ULS (CA : n.c ; 17 collaborateurs) spécialisée dans la logistique urbaine. Là où un camion transportait auparavant notre marchandise, depuis le mois d’août dernier, notre farine est acheminée par péniche fluviale jusqu’au quai des bateliers dans l’hypercentre. Puis, les sacs sont livrés par vélo cargo à une vingtaine de boulangers. Pour les Moulins de Strasbourg, cette opération est à isocoût par rapport à la livraison routière. En revanche, il existe un gain en matière de désencombrement du centre-ville et de réduction des nuisances sonores. Nous sommes le premier meunier en France à assurer ce type de livraison plus environnementalement acceptable. Par ailleurs, pour le reste des livraisons par camion, notre investissement de 1,2 million d’euros (dont 200 000 euros de subventions de la Région Grand Est) dans une nouvelle ensacheuse nous permet un gain de productivité et la réalisation de palettes mieux faites. Elles sont ainsi passées de 30 sacs de 25 kg à 45 sacs. Ceci permet une augmentation de la capacité de charge par camion et une réduction de l’impact carbone sur la tonne de farine.

Les Moulins de Strasbourg, dirigés par Lionel Chevrier, entrent dans un processus de réduction des dépenses énergétiques.
Les Moulins de Strasbourg, dirigés par Lionel Chevrier, entrent dans un processus de réduction des dépenses énergétiques. — Photo : Moulins Advens

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail