Bas-Rhin

Industrie

Mecatherm s'appuie sur son réseau local pour se développer

Par Charlotte Stiévenard, le 27 octobre 2020

Le fabricant bas-rhinois de lignes de production automatisées pour boulangeries industrielles Mecatherm a bien supporté la crise sanitaire grâce à son modèle économique. Il repose sur un réseau de fournisseurs locaux et un chiffre d’affaires principalement tiré des exportations.

Marc Ville est le directeur général de Mecatherm depuis septembre 2014.
Marc Ville est le directeur général de Mecatherm depuis septembre 2014. — Photo : ©DR

C’est au cœur de la vallée de La Bruche dans le Bas-Rhin que se situe le site historique de production de Mecatherm, à Barembach plus exactement. Le fabricant de lignes de production pour boulangeries, viennoiseries et pâtisseries industrielles, fondé en 1964, réalise entre 100 et 120 millions d’euros de chiffre d’affaires par an pour 420 collaborateurs. Il aurait pu se sentir enclavé par cette situation géographique, mais son implantation dans cette vallée industrielle s’est révélée être un avantage pendant la crise du coronavirus. « Nous travaillons depuis 50 ans avec des fournisseurs locaux. La plupart se trouvent à moins de 30 kilomètres de chez nous », se félicite Marc Ville, le directeur général du site et directeur des opérations du groupe Mecatherm - TMG qui compte également un second site de production à Montilliers en Maine-et-Loire.

Fin 2018, Mecatherm a accueilli un nouvel actionnaire. Le fonds d’investissement français Unigrains, spécialisé dans l’agroalimentaire a racheté plus de 99 % du capital de la holding Mecatherm Group – TMG, tandis que le reste est détenu par les cadres de la société. La société d’investissement lorraine Wendel avait acquis le groupe en 2011.

Made in la Bruche

« Mecatherm ne fait pas du made in France mais du made in La Bruche », assure le dirigeant. En effet, 95 % des fournisseurs viennent de la région. Un atout majeur lors de l’épidémie de Covid-19 puisque cette proximité a permis à certaines entreprises de rouvrir leur usine de nuit « pour faire des pièces à la dernière minute », raconte Marc Ville, qui a alors découvert la fragilité de nombre d’entreprises voisines, notamment « celles qui travaillaient dans l’import ou dans la pharmaceutique et dont les médicaments étaient fabriqués en Chine ». Pour Mecatherm, dont certains fournisseurs implantés localement restent également dépendants des importations, la difficulté a été contournée « car ils avaient anticipé en faisant des stocks de sécurité ».

90 % du chiffre d’affaires provient des exportations

Si Mecatherm conçoit et fabrique ses lignes de production au niveau local, le groupe réalise aujourd’hui 90 % de son chiffre d’affaires grâce aux exportations. Sur les 850 lignes de production installées par le groupe dans le monde, 50 % se trouvent en Europe du nord et du sud, notamment en France, 25 % en Europe de l'est « où se trouve un fort potentiel de croissance, selon Marc Ville, cette région n'étant pas encore complètement industrialisée » et 25 % dans le reste du monde, notamment aux États-Unis.

Fortement implanté à l’international, Mecatherm a donc développé des outils adéquats, avant même l’arrivée du coronavirus : « nous avons vu toute l’utilité de ces outils de contrôle digitaux des lignes de production, robotisées et dépannables à distance », précise Marc Ville. La société ne communique pas encore sur son chiffre d’affaires pour 2020, mais elle espère avoir dépassé la mauvaise année de 2017 où il était tombé à 84,3 millions d’euros.

Marc Ville est le directeur général de Mecatherm depuis septembre 2014.
Marc Ville est le directeur général de Mecatherm depuis septembre 2014. — Photo : ©DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail