Industrie

Lisbeth : L'embouteilleur cible de nouveaux marchés

Par Philippe Armengaud, le 04 octobre 2013

l'enjeu Les nouveautés Pom' de Lisbeth et T'Glacé, associées à de lourds investissements, doivent permettre aux Sources de Soultzmatt de croître rapidement.
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

C'est un cap que Jacques Sérillon, directeur général des Sources de Soultzmatt, aimerait voir son entreprise franchir en 2018. La barre des 10M€ de chiffre d'affaires est à la fois à portée de main et ambitieuse pour l'embouteilleur surtout connu dans l'Est avec ses eaux de Lisbeth, et qui devrait achever l'exercice 2013 sur la même tendance que 2012, soit autour de 8,5M€ de ventes.




Une croissance en valeur

Derrière ce chiffre rond, c'est en fait une philosophie qu'il défend. « Nous ne sommes pas engagés dans une course à la taille mais notre indépendance passe par la croissance. L'essentiel est d'être encore là dans deux siècles », confie le dirigeant. Il pose donc les bases d'une stratégie qui doit permettre à l'entreprise de croître. Le lancement cet été de deux nouvelles boissons, Pom'de Lisbeth et T'Glacé, va dans ce sens. Elles rejoignent les traditionnelles eaux plates et gazeuses, mais aussi la cohorte de limonades, produits sous marques de distributeurs et autres Elsass Cola présents au catalogue. « Il y en aura d'autres », prévient le dirigeant. Moyennant des investissements produits généralement modestes, quelques dizaines de milliers d'euros, les Sources mettent à contribution leur savoir-faire technique pour développer la gamme vers des produits à plus forte valeur ajoutée. C'est ce qui explique notamment la croissance du chiffre d'affaires observée depuis quelques années... malgré un nombre cols stables (23 millions). « C'est surtout des nouvelles boissons que viendra la croissance », estime-t-il. Les dernières nées peuvent ainsi être vendues jusqu'à deux fois plus cher que le best seller de l'entreprise, la Lisbeth Légère. Avec un avantage : placer un produit innovant permet aussi des ventes addititionnelles d'eau. Ces nouvelles boissons ont aussi le mérite d'être relativement à l'abri de la guerre commerciale qui fait rage sur le marché de l'eau. Celle-ci a tendance à rogner les marges, dans un secteur où le résultat net oscille entre 0,5 et 2,5 points pour les meilleurs...




Des investissements industriels

Bien qu'elle reste une marque très locale, l'entreprise compte aussi développer son activité à l'export, notamment grâce à la limonade. États-Unis, Canada, Australie et Europe bien sûr, l'activité est en croissance sur ces marchés, qui représentent 12 % de ses ventes. Un chiffre encore faible et qui laisse deviner le potentiel de croissance. Le volet industriel n'a pas été oublié. Atteindre les 10M€ de chiffre d'affaires implique une hausse des cadences et de faciliter les changements de productions sur les lignes. L'entreprise investit donc 1,7M€ dans ce sens, en particulier sur la fin des deux lignes. « Cela nous permettra de faciliter les gestions de productions et d'augmenter les cadences, par exemple de 20 à 30 % sur les encartonneuses », détaille Jacques Sérillon. Avec à la clé, des gains de productivité. « Ils sont essentiels et notre objectif est de pouvoir les réinvestir dans l'entreprise, pas de les redistribuer aux actionnaires », conclut Jacques Sérillon.

Sources de Soultzmatt



(Soultzmatt) DG : Jacques Sérillon CA 2012 : 8,4M€ 32 salariés Contact : 03 89 47 00 06

Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture