Alsace

Collectivités locales

L'Eurométropole de Strasbourg prépare des mesures supplémentaires pour soutenir les commerces

Par Lucie Dupin, le 17 novembre 2020

Pour venir en aide aux commerçants et artisans frappés par des fermetures administratives, l’Eurométropole de Strasbourg prépare le vote d’une série de mesures, dont une enveloppe de deux millions d’euros en aides directes au paiement des loyers.

Centre-ville de Strasbourg vide pendant le confinement de novembre 2020
Les commerces de proximité dits "non essentiels" sont frappés, comme ici à Strasbourg, par des fermetures administratives en période de confinement. — Photo : © Lucie Dupin

Face aux conséquences du reconfinement frappant les commerces de proximité, le président de la CCI Alsace Eurométropole Jean-Luc Heimburger s'alarme : « la situation est extrêmement grave pour les commerçants et artisans. On estime que 50 %, en grand danger, ne survivront pas au printemps 2021 ».

Dans ce contexte, l’Eurométropole de Strasbourg prépare une série de mesures pour venir en aide aux commerçants et artisans, qui sera soumise au vote le 20 novembre. À l’issue du premier confinement, la collectivité avait voté un paquet de mesures économiques pour un montant de 7 millions d’euros. À cette enveloppe, l’Eurométropole prévoit d’ajouter 2 millions d’euros pour apporter une aide directe à la prise en charge des loyers des commerçants. Le dernier loyer échu au moment de la remise d'un dossier pourra ainsi être pris en charge à hauteur de 30 % à 50 % pour un maximum de 5 000 euros. Les dossiers sont à déposer avant le 15 décembre auprès des services de l'EMS. La collectivité précise que « ce dispositif est complémentaire au Fonds de Résistance Régional et au crédit d’impôt annoncé pour le projet de loi de finances pour 2021 qui vise à inciter les bailleurs privés à annuler une partie de leurs loyers ».

Digitalisation et prêts d’honneur

Des lignes budgétaires supplémentaires viennent également renforcer, à hauteur de 300 000 euros (en fonctionnement et en investissement), le dispositif d’accompagnement à la digitalisation des commerces à travers le programme « Beecome ». Mené conjointement avec la CCI Alsace Eurométropole, il s’adresse aux commerçants indépendants dont l’entreprise compte moins de 50 salariés. De plus, un appel à projets dénommé « Beelive » concernant le numérique au service du tourisme et de l'événementiel est lancé. Celui-ci se voit attribuer une enveloppe de 500 000 euros allouée par le fonds européen de développement régional Feder.

Par ailleurs, 200 000 euros vont également abonder le fonds de prêts d’honneur opéré par l’association Initiative Strasbourg. Ces prêts, qui interviennent en renfort des fonds propres des très petites entreprises, sont compris entre 3 000 € et 15 000 € par établissement.

Campagne de communication

Pour promouvoir une place de marché (marketplace) locale mise en place en partenariat avec la CCI Alsace Eurométropole et sensibiliser les consommateurs à l’importance des circuits courts, l’agglomération prépare une campagne de communication. Celle-ci renvoie notamment vers le site achatsurmazone.alsace que la CCI Alsace Eurométropole élabore pour recenser les places de marchés locales.
La Ville de Strasbourg élabore par ailleurs une plateforme numérique pour mettre en relation les consommateurs, commerçants, artisans et associations du marché de Noël. Celle-ci devrait être disponible dans une dizaine de jours sur le site : noel.strasbourg.eu/chalets.

Enfin, Pia Imbs, présidente de l’Eurométropole de Strasbourg, qui encourage la commande publique et promet également « des dispositifs innovants en direction des libraires dès le mois de décembre », alerte quant à « la disparition silencieuse des commerçants et des drames humains qui se profilent », réalité souvent occultée par les annonces fracassantes de la fermeture de grandes enseignes. À l’image de la fermeture annoncée de l’enseigne Printemps en 2021, laissant une « dent creuse » de plus de 7 000 m² en plein centre-ville strasbourgeois.

Centre-ville de Strasbourg vide pendant le confinement de novembre 2020
Les commerces de proximité dits "non essentiels" sont frappés, comme ici à Strasbourg, par des fermetures administratives en période de confinement. — Photo : © Lucie Dupin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail