Grand Est

Agroalimentaire

Les brasseurs alsaciens investissent pour se moderniser et innover

Par Lucie Dupin, le 21 mars 2019

Le comité des Brasseurs d'Alsace recense une quarantaine de brasseries en Alsace, qu'il s'agisse de brasseries artisanales, de brasseries familiales ou encore de micro-brasseries. La région compte également deux des gros industriels du secteur : Heineken et Kronenbourg. Les deux géants de la bière viennent d'annoncer leurs résultats et leurs perspectives, marquées par des investissements de plusieurs millions d'euros dans la région.

La brasserie de l'Espérance à Schiltigheim a intégré le groupe Heineken en 1972.
La brasserie de l'Espérance à Schiltigheim a intégré le groupe Heineken en 1972. — Photo : © Marc Dossmann

Heineken et Kronenbourg, les deux grandes brasseries industrielles alsaciennes, s'apprêtent à investir des dizaines de millions d'euros en Alsace.

Employant 4 000 salariés en France, le groupe néerlandais Heineken vient d’annoncer un investissement de 6 millions d’euros dans le Bas-Rhin, à Schiltigheim, où se situe l'une de ses trois brasseries françaises, les deux autres étant basées à Lille et à Marseille. Cet investissement va permettre d'équiper les lignes de production alsaciennes de la technologie sans alcool.

Heineken mise sur les bières sans alcool à Schiltigheim

Jusque-là produites aux Pays-Bas, les bières 0.0, sans degré d’alcool de la marque Heineken, pourront sortir des lignes de production de la brasserie de Schiltigheim, rachetée par le groupe néerlandais en 1972 et qui emploie 243 salariés.

« Si le segment du sans alcool représente encore une part relative sur le marché global de la bière, nous croyons énormément en son potentiel de développement. L’offre 0.0 que nous avons lancée sur Heineken et Edelweiss, et que nous allons déployer dès cette année sur Affligem, est une priorité majeure pour nous. Nous sommes fiers de ces innovations et c’est pourquoi nous doublons la mise cette année en investissant massivement pour soutenir ce relais de croissance », souligne, dans un communiqué, Pascal Sabrié, président de Heineken France.

Lancée en 2017, la gamme Heineken sans alcool a doublé ses volumes en 2018. La croissance du segment sans alcool doit permettre de soutenir la croissance du chiffre d’affaires France du groupe Heineken. Celui-ci a augmenté de 3,4 % en 2018 à 1,8 milliard d’euros. Il est notamment porté par les innovations, qui correspondent à 10,7 % du chiffre d'affaires en 2018, contre 8,5 % en 2017.

Kronenbourg investit 45 millions d'euros à Obernai

De son côté, Kronenbourg, qui emploie 1 200 personnes sur son site de production à Obernai, annonce un investissement de 45 millions d’euros cette année pour moderniser le site et accroître les capacités de production mais aussi travailler sur l’environnement, la santé et la sécurité au travail. « Ces investissements touchent aussi bien l’innovation produits et l’animation du CHD pour renouveler l’expérience consommateur que son site de production à Obernai et les filières amont et aval », annonce João Abecasis, président de Kronenbourg SAS.

La brasserie Kronenbourg d'Obernai appartient au groupe danois Carlsberg depuis 2008.
La brasserie Kronenbourg d'Obernai appartient au groupe danois Carlsberg depuis 2008. - Photo : © Kronenbourg

Il s’agit du premier volet d’une enveloppe d’investissement pouvant atteindre les 100 millions, comme l’avait annoncé le groupe danois Carlsberg à la fin de l’été dernier. Kronenbourg indique une croissance de ses ventes de 3,4 % en volume pour 2018. Le chiffre d’affaires de 972 M€ enregistre également une croissance de 3,8 %.

La brasserie fête cette année les 50 ans de son implantation à Obernai. Celle-ci a rejoint Carlsberg en 2008 et lance cette année trois innovations dans les gammes Grimbergen de dégustation, Tourtel Twist sans alcool et Skoll aromatisée.

La brasserie de l'Espérance à Schiltigheim a intégré le groupe Heineken en 1972.
La brasserie de l'Espérance à Schiltigheim a intégré le groupe Heineken en 1972. — Photo : © Marc Dossmann