Haut-Rhin

Énergie

Les ambitions internationales de la société d'ingénierie Eliteam

Par Adelise Foucault, le 07 mai 2019

En dix ans d’existence, Eliteam, société d’ingénierie alsacienne, a changé d’échelle. Elle a franchi un cap l’année dernière, avec le développement de nouvelles activités – dont un déploiement dans la maîtrise d’œuvre - et de nouvelles implantations à l’international.

Maxime Creux, président fondateur d'Eliteam, a dû revoir en profondeur l’organisation de son entreprise en 2018. C'est aujourd’hui un groupe assis sur trois branches d’activité : Eliteam Energy, Eliteam Ingéniosité et Eliteam Agility.
Maxime Creux, président fondateur d'Eliteam, a dû revoir en profondeur l’organisation de son entreprise en 2018. C'est aujourd’hui un groupe assis sur trois branches d’activité : Eliteam Energy, Eliteam Ingéniosité et Eliteam Agility. — Photo : © Adelise Foucault

Eliteam, société d’ingénierie de Wittelsheim, dans le Haut-Rhin, vient de remporter coup sur coup deux contrats représentant à eux deux près de 4 millions d’euros. Après quelques sueurs froides, concède son dirigeant, Maxime Creux. « Le premier, à environ 1 M€ est un remplacement de rebobinage d’un stator de moteur qui avait été chiffré en mai 2016… Nous pensions qu’il se concrétiserait plus vite ! Entre-temps, nous avons dimensionné l’équipe et commencé à travailler sur les études, sans compter l’investissement en équipement. Notre trésorerie a été un peu malmenée… Mais le résultat nous incite à poursuivre dans cette voie », témoigne Maxime Creux.

Historiquement positionnée dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage sur des projets complexes et d’envergure dans l’installation générale, l’énergie (grandes centrales et barrages hydrauliques) et le bâtiment, Eliteam, fondé il y a dix ans par Maxime Creux, se positionne ainsi de plus en plus sur de la maîtrise d’œuvre. L’entreprise capitalise sur l’expertise acquise dans les secteurs de la chimie, de la pétrochimie, du pétrole, du gaz ou encore du pharmaceutique pour le compte de grandes entreprises. Des chantiers qui ont déjà mené ses équipes aux quatre coins du monde. Une dimension internationale qui ne cesse de se renforcer.

Un groupe, trois branches

« Nous continuons évidemment de travailler pour nos clients énergéticiens. Mais nous développons désormais en parallèle notre propre clientèle, nous devenons plus autonomes », résume Maxime Creux, qui a dû revoir en profondeur l’organisation de son entreprise en 2018. Eliteam est aujourd’hui un groupe assis sur trois branches d’activité : Eliteam Energy, Eliteam Ingéniosité et Eliteam Agility.

Eliteam Energy (39 personnes ; 2 M€ de CA) regroupe l’activité historique d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) et celle de maîtrise d’œuvre, en développement. Eliteam Ingéniosité (35 personnes ; CA : 7,20 M€) regroupe les deux bureaux d’études du groupe. Au bureau d’études mécaniques – qui a été étoffé au siège – Maxime Creux a ajouté un bureau d’études électriques. « Nous sommes en pleine campagne de recrutement », indique le dirigeant. Deux personnes viennent de rejoindre le nouveau bureau d’études et quatre autres devraient encore arriver. « Engie nous a soumis un projet représentant 12 000 à 16 000 heures de travail. Des acteurs tels que Clemessy se sont aussi montrés intéressés », souligne le président d’Eliteam – seul actionnaire de l’entreprise - qui a par ailleurs travaillé au renfort des fonctions supports. Une directrice générale a été nommée en 2015 et un responsable administratif et financier vient de prendre son poste.

Après la Suisse, la Guyane et l’Afrique du Sud

Eliteam tisse sa toile à l’international. Déjà présent dans une soixantaine de pays dans le cadre de ses missions, le groupe s’est s’implanté physiquement en Suisse, en Guyane et dernièrement en Afrique du Sud. Des positions stratégiques pour son développement. En Suisse, Eliteam s’est implanté près de Berne où il a créé Eliteam Agility, dédiée à l'AMO et à la maîtrise d'oeuvre sur le marché suisse. Elle emploie une dizaine de personnes. « Nous avions d’abord remporté quelques contrats à Bâle. La Suisse représente un marché important où nos compétences intéressent. Nous avons donc décidé d’y créer une structure, prérequis pour vraiment attaquer le marché suisse », explique le président d’Eliteam. La Suisse constituant par ailleurs, de par ses accords et conventions internationales de libre-échange, « une passerelle vers la Malaisie et la Chine », souligne Maxime Creux.

« La Guyane constitue, de par ses conditions climatiques tropicales, un bureau d’études grandeur nature idéal »

Le déploiement en Guyane, où Eliteam s’est implanté l’année dernière, est aussi stratégique, notamment dans le cadre de nouvelles pistes de diversification envisagées par l’entreprise. « C’est un marché fabuleux pour nous, car le pays est en sous-capacité par rapport à ses besoins en énergie. Par ailleurs, ses conditions climatiques tropicales font de la Guyane un bureau d’études grandeur nature idéal pour nous qui cherchons actuellement à développer de nouvelles solutions électriques répondant aux besoins des pays en développement, en Afrique comme en Asie. Des zones où nous sommes déjà actifs et qui bénéficient de conditions climatiques similaires ». Eliteam travaille, entre autres, en partenariat avec la société bordelaise Sunna Design, qui conçoit des solutions innovantes d’éclairage public solaire, sur une solution de candélabres solaires dotés de solutions de stockage de l’énergie, qui pourraient demain être proposés à des collectivités, en Afrique par exemple. Une occasion de faire parler d’Eliteam, et de lui ouvrir potentiellement de nouvelles portes sur son cœur de métier, dans le monde entier.

Maxime Creux, président fondateur d'Eliteam, a dû revoir en profondeur l’organisation de son entreprise en 2018. C'est aujourd’hui un groupe assis sur trois branches d’activité : Eliteam Energy, Eliteam Ingéniosité et Eliteam Agility.
Maxime Creux, président fondateur d'Eliteam, a dû revoir en profondeur l’organisation de son entreprise en 2018. C'est aujourd’hui un groupe assis sur trois branches d’activité : Eliteam Energy, Eliteam Ingéniosité et Eliteam Agility. — Photo : © Adelise Foucault