Strasbourg

Automobile

Le revendeur d’automobiles haut de gamme Vodiff internalise la carrosserie

Par Charlotte Stiévenard, le 03 juin 2022

Vodiff a investi cinq millions d’euros dans un nouveau service de carrosserie à Entzheim, dans l’agglomération de Strasbourg. Avec Vo’Carrosserie, le revendeur de voitures haut de gamme d’occasion internalise ainsi une activité jusqu’alors effectuée par des sous-traitants.

Ancien footballeur professionnel, Eric Vogel a fondé sa société dans un appartement de Wolfisheim (Bas-Rhin) il y a 25 ans.
Ancien footballeur professionnel, Eric Vogel a fondé sa société dans un appartement de Wolfisheim (Bas-Rhin) il y a 25 ans. — Photo : Charlotte Stiévenard

Vodiff continue de s’étendre à Entzheim (Bas-Rhin). Le revendeur de voitures haut de gamme d’occasion a décidé de se doter d’un service de carrosserie, intitulé Vo’Carrosserie (neuf collaborateurs). Il a ainsi fait construire un nouveau bâtiment de 3 500 m² sur un terrain de 5 000 m², juste en face de son bâtiment principal, pour un investissement de cinq millions d’euros.

"Aujourd’hui, entre notre atelier et notre service de carrosserie tout est internalisé", se réjouit Eric Vogel, le dirigeant. Cet ancien footballeur professionnel a fondé cette société dans un appartement de Wolfisheim (Bas-Rhin), il y a 25 ans. Il compte désormais 24 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 63 millions d’euros en 2021.

La société commercialise 1 200 véhicules de luxe d’occasion par an, tous rachetés en Allemagne car "parmi les marques que nous proposons, beaucoup sont allemandes", précise le dirigeant. À ses acheteurs de Porsche, BMW, Audi mais aussi Maserati, il propose également un service après-vente grâce à son atelier de réparation qui peut accueillir jusqu’à une vingtaine de véhicules simultanément ou encore son garage sécurisé.

Raccourcir les délais

Jusqu’ici, pour la carrosserie, il faisait appel à six sous-traitants. "Ce nouveau service nous permet de raccourcir les délais et de gagner en qualité", indique Eric Vogel. La réparation d’une griffure est passée, par exemple, de deux jours à une demi-journée et sur les cinq millions d’euros engagés, deux ont été investis dans des équipements dernier cri. Ce grand hall éclairé en lumière naturelle possède un plafond phonique. Une cabine avec un marbre de la marque suédoise Car-o-liner sert à redresser les véhicules et trois cabines permettent de les préparer et de les peindre.

Ces services sont ouverts aux clients extérieurs. "Sur les cinq premiers mois, Vodiff ne représente que 18 % du chiffre d’affaires de Vo’Carrosserie. Des experts nous envoient leurs clients", souligne le fondateur qui vise un chiffre d’affaires d’1,7 million d’euros la première année. Il se donne deux ans pour être à l’équilibre et atteindre une vingtaine de collaborateurs.

Un haut niveau de service

Vo’Carrosserie est une société sœur de Vodiff. Elle est détenue par les mêmes actionnaires, soit Eric Vogel et son associé David Bock, mais aussi Gael Logel, le gérant (répartition non communiquée).

Avec cette société, Vodiff renforce son haut niveau de service pour continuer d’attirer des clients. L’activité de vente de voitures représente 90 % de son chiffre d’affaires, tandis que le SAV en représente 10 %. En 25 ans, la société a vendu 25 000 véhicules. Elle continue au même rythme, même si "avec le Covid et la guerre en Ukraine qui provoquent des tensions sur le marché de l’automobile nous avons aussi des difficultés pour trouver des véhicules d’occasion. Nous en avons actuellement 58 en stock contre 120 en général. Nous sommes obligés de travailler à flux tendus", constate Eric Vogel.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition