Alsace

Réseaux économiques

Le Pôle textile Alsace renforce son offre de service

Par Charlotte Stiévenard, le 22 septembre 2021

Le Pôle textile Alsace a désormais une marketplace. Ses membres peuvent échanger en ligne sur leurs projets. Ce site internet est le résultat d’un an de coopération renforcée pour la production de masques, ce qui a fait passer l’association de 56 à 73 entreprises adhérentes.

Benoît Basier, le président du Pôle textile Alsace, est également à la tête du fabricant de masques Barral, né de la crise sanitaire.
Benoît Basier, le président du Pôle textile Alsace, est également à la tête du fabricant de masques Barral, né de la crise sanitaire. — Photo : Charlotte Stiévenard

Le pôle textile Alsace, une association fondée en 1947 qui regroupe 73 industriels du secteur, a lancé, au printemps 2021, une marketplace destinée à ses membres. Sur le site internet marketplace-textile.com, ils peuvent proposer ou rechercher des compétences ou des stocks dormants de matériaux souples textiles (matière première, produits finis et semi-finis). "Cet outil permet aussi de mutualiser les commandes quand une entreprise seule n’atteint pas les quantités minimums demandées par un fournisseur, par exemple", explique Gianni Pavan, trésorier de l’association qui emploie deux salariés et initiateur de la plateforme.

Fluidifier les échanges

Cette marketplace doit permettre de fluidifier les échanges entre les membres du Pôle textile, une nécessité apparue au grand jour avec la crise sanitaire. Début 2020, 40 entreprises du réseau ont produit 1,4 million de masques en deux mois. Parmi elles, le confectionneur De fil en aiguille (CA 2020 : 1,35 M€, 20 collaborateurs) à Thann, dans le Haut-Rhin, ou encore le spécialiste des adhésifs haute température Final Advanced Material (CA 2020: 2,2 M€, 12 collaborateurs) à Brunstatt-Didenheim, dans le Haut-Rhin également. C’est le Pôle textile qui a coordonné la mise en place des différentes étapes de la fabrication, entre la production de la matière première, la découpe et l’assemblage.

Alors que les entreprises alsaciennes devaient envoyer leurs échantillons à l’antenne lyonnaise de l’Institut français du textile-habillement pour vérifier leurs qualités de filtration, l’allongement des délais a également poussé le Pôle textile Alsace à mettre en place, dès mai 2020, un centre de test mulhousien avec le concours de deux laboratoires de l’Université de Haute Alsace : le Laboratoire de physique et mécaniques textiles et le Laboratoire de gestion des risques et environnement.

16 nouveaux membres

Ces deux prestations de service (coordination de la fabrication des masques et centre de test) et les cotisations ont permis à l’association de réaliser un chiffre d’affaires exceptionnel de deux millions d’euros en 2020 (dont 6 % proviennent de subventions de la Région Grand Est), contre 300 000 à 500 000 euros habituellement (dont 40 % proviennent de subventions régionales).

"Ces sommes seront réinjectées dans des projets structurants, notamment le réaménagement des locaux du Pôle textile à Mulhouse (2 000 m²). Ils permettront d’héberger de jeunes entreprises et d’offrir un espace de rencontre aux membres pour favoriser l’innovation".

"Nous avons fait travailler ensemble des gens qui n’avaient pas l’habitude de le faire", résume Benoît Basier, le président du Pôle textile Alsace, un entrepreneur à la tête de deux entreprises haut-rhinoises : la corderie Meyer-Sansboeuf (CA 2020 : 4,5 M€, 45 collaborateurs) à Guebwiller et le fabricant de masques Barral (CA : 14 M€, sept collaborateurs) à Rouffach, lui aussi né de la crise. Selon lui, "avec le Pôle textile Alsace, l’État a trouvé un interlocuteur qui pouvait mobiliser", mais la reconnaissance est également arrivée du côté des industriels du secteur. En un peu plus d’un an, l’association a gagné 17 entreprises adhérentes. Elle compte désormais un réseau de 100 membres en y incluant les centres de formation, de recherche, technologiques et les experts.

Benoît Basier, le président du Pôle textile Alsace, est également à la tête du fabricant de masques Barral, né de la crise sanitaire.
Benoît Basier, le président du Pôle textile Alsace, est également à la tête du fabricant de masques Barral, né de la crise sanitaire. — Photo : Charlotte Stiévenard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail