Luxe

Le créateur de bijoux alsacien Orest installe sa nouvelle manufacture à Saint-Dié-des-Vosges

Par Lucas Valdenaire, le 12 mai 2021

Poussé par un marché du luxe en forte croissance et soutenu par le plan de relance, le fabricant de bijoux Orest, basé à Erstein (Bas-Rhin), pose ses valises dans les Vosges. Le leader sur le marché français des alliances annonce l’ouverture d’un atelier à Saint-Dié et s’engage dans un vaste programme de formation.

Le PDG d’Orest Denis De Becker annonce l’ouverture d’une nouvelle manufacture de 2 500 m² à Saint-Dié-des-Vosges d’ici au printemps 2023.
Le PDG d’Orest Denis De Becker annonce l’ouverture d’une nouvelle manufacture de 2 500 m² à Saint-Dié-des-Vosges d’ici au printemps 2023. — Photo : Orest

Le carnet de commandes du fabricant de bijoux Orest (CA 2020 : 62 M€ ; 500 salariés dont 30 en Chine), basé à Erstein dans le Bas-Rhin, est plein. Son unique site alsacien ne suffisant plus, l’entreprise qui se présente comme la première manufacture joaillière indépendante d’Europe a décidé d’en créer un autre, en plein cœur du massif vosgien.

Le sous-traitant pour des marques de luxe (85 % de son activité) et leader sur le marché français des alliances avec 200 000 anneaux vendus par an (15 % de son activité) loue depuis le 1er janvier 2021 un nouveau bâtiment à Saint-Dié-des-Vosges. L’activité devrait y démarrer en juin, en attendant la construction d’une véritable manufacture à l’automne et sa livraison au printemps 2023.

Profiter du bassin d'emploi de Saint-Dié

"Il est difficile d’avoir une croissance significative car nous sommes en saturation de ressources, explique Denis De Becker, le PDG d'Orest. C’est pourquoi nous réfléchissions depuis plusieurs années à un deuxième établissement. Nous souhaitions rester proches de notre site d’Erstein et, surtout, nous voulions être dans un bassin d’emploi en souffrance ou en reconversion, là où la main-d’œuvre est disponible pour être formée."

Après avoir étudié plusieurs pistes d’acquisitions externes, Orest a finalement jeté son dévolu sur Saint-Dié. "Ce qui nous a décidés, c’est la liquidation de l’équipementier automobile Inteva. Plus de 200 salariés ont été licenciés. Ces gens-là étaient spécialisés dans le montage de serrures et faisaient preuve d’une grande habilité", appuie Denis De Becker. Ainsi, pour faire tourner sa deuxième manufacture, la société alsacienne a décidé de lancer en mars un processus de formation destiné aux demandeurs d’emploi du territoire. Parmi les 18 personnes déjà engagées dans ce programme, une dizaine sont des anciens salariés d’Inteva.

"Nous allons les emmener au CAP bijoutier d’ici au mois de novembre", précise Denis De Beker. Cette formation pratique et théorique se déroulera au sein de l’Atelier d’Émeraude, un centre de formation pour adultes basé à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin), à raison d’une semaine sur place, une autre sur le site alsacien d’Erstein et les deux dernières directement à Saint-Dié. Ce plan de formation est soutenu par la Région Grand Est, la société Inteva et le fonds de revitalisation de la base déodatienne ITM, vouée à disparaître en fin d’année. "Nous voulons bénéficier de ces ressources d’emplois pour amener d’autres types de métiers sur ce territoire qui dispose d’un pôle luxe très diversifié, poursuit le dirigeant. Avec notamment les arts de la table et le linge de maison. Baccarat n’est pas très loin non plus."

Une future manufacture de 2 500 m²

Dans son nouveau bâtiment de location, Orest devrait accueillir jusqu’à 80 collaborateurs en 2022. Ce nouvel outil représente 1,4 million d’euros d’investissement sur deux ans et le fabricant de bijoux peut compter sur le soutien de l’État à hauteur de 100 000 euros dans le cadre du plan de relance. Ensuite ? Il faudra refaire les cartons. "Dans cinq ans, nous aimerions être 150 ou 200, compte le dirigeant. Pour cela, nous prévoyons d’acheter deux hectares de terrain dans la commune et y construire une manufacture de 2 500 m²." Pour Denis De Becker, le projet est d’autant plus réjouissant que sa propre maison n’est pas loin : "Je vis à Saint-Dié depuis vingt ans, et quand on a la possibilité d’investir dans la ville où l'on habite, c’est la cerise sur le gâteau. En plus de la fonction de direction d’entreprise, on peut aussi avoir quelques cordes sociétales à son arc."

Rebond des ventes à l'international

Ce projet d’envergure n’aurait pas été possible sans la très grande forme du marché international. "Les produits que nous fabriquons pour les grandes maisons sont distribués sur tous les continents. Nous assistons à un rebond spectaculaire des ventes en Asie, au Moyen-Orient et aux États-Unis, reconnaît Denis De Becker. Avec la crise du Covid, le pouvoir d’achat des clients n’est pas allé dans les avions ou les hôtels de vacances. Alors, il part dans les bijoux. Nous vivons un rebond assez extraordinaire." 

Orest vise déjà les 75 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, soit 20 % de plus qu’en 2020. "Le marché qui se profile devrait nous permettre de doubler en quatre ou cinq ans, confie le PDG. C’est pour capter cette croissance que nous lançons ce gros projet de formation à Saint-Dié. Car ce n’est pas le ressort financier qui contraint notre développement, mais bien la disponibilité de la main-d’œuvre."

Le PDG d’Orest Denis De Becker annonce l’ouverture d’une nouvelle manufacture de 2 500 m² à Saint-Dié-des-Vosges d’ici au printemps 2023.
Le PDG d’Orest Denis De Becker annonce l’ouverture d’une nouvelle manufacture de 2 500 m² à Saint-Dié-des-Vosges d’ici au printemps 2023. — Photo : Orest

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail