Haut-Rhin

Industrie

Le belge John Cockerill investit pour structurer la filière hydrogène en Alsace

Par Lucie Dupin, le 19 octobre 2020

L'industriel belge John Cockerill veut développer la filière hydrogène en Europe. Il investit 15 millions d'euros sur son site haut-rhinois d'Aspach-le-Bas pour fabriquer des catalyseurs, avec une montée en charge de la production d'ici 2022. 

John Cockerill veut investir 100 millions d'euros dans la filière hydrogène, dont 15 millions sur son site haut-rhinois d'Aspach-le-Bas.
John Cockerill veut investir 100 millions d'euros dans la filière hydrogène, dont 15 millions sur son site haut-rhinois d'Aspach-le-Bas. — Photo : © DR

Le géant belge John Cockerill (CA 2019 : 1,26 Md euros) veut surfer sur la vague verte amorcée par le « green deal » de la Commission européenne et le plan hydrogène du gouvernement français pour un montant de 7 milliards d’euros. Le groupe, implanté dans la province de Liège, fournit des services et équipements pour les secteurs de l’énergie, de la défense, de l’industrie, de l’environnement, des transports et des infrastructures. Sur son site de 100 collaborateurs d’Aspach-le-Bas, dans le Haut-Rhin, John Cockerill prévoit d’investir une première tranche de 15 millions d’euros dans le but d’installer une unité de production pour fabriquer des éléments d’électrolyseurs alcaline de grande puissance.

« Ce projet pilote, qui comprend aussi un volet de recherche et développement, est un projet de développement territorial puisque nous travaillons avec les instituts de recherche technologique de Metz et de Strasbourg », détaille Matthieu Jehl, président de la division Energy chez John Cockerill. Les premiers démonstrateurs devraient être prêts d’ici la fin d’année 2021 pour une montée en charge en 2022 selon la croissance du marché.

Structurer la filière

John Cockerill souhaite investir 100 millions d’euros dans les prochaines années à travers ses différentes implantations pour développer la filière hydrogène en Europe. En 2019, pour accélérer son développement dans l’hydrogène, le groupe belge a pris une participation majoritaire (à hauteur de 56 %) dans CJH “Cockerill Jingli Hydrogen”, principal fabricant chinois d’’électrolyseurs. CHJ commercialise des électrolyseurs de 5 mégawatts, prochainement de 7,5 mégawatts et bientôt de 10 mégawatts. John Cockerill est détenu par l’actionnaire français Bernard Serin. L’industriel emploie près de 6 000 salariés dans 23 pays, dont 1 900 en France et la moitié dans le Grand Est. Sur les 34 sites que compte John Cockerill en France, huit se situent en Alsace.

John Cockerill veut investir 100 millions d'euros dans la filière hydrogène, dont 15 millions sur son site haut-rhinois d'Aspach-le-Bas.
John Cockerill veut investir 100 millions d'euros dans la filière hydrogène, dont 15 millions sur son site haut-rhinois d'Aspach-le-Bas. — Photo : © DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail