Bas-Rhin

Financement

Le Bas-Rhin lance un plan à 200 millions d'euros pour la reprise économique

Par Lucie Dupin, le 18 mai 2020

Le département du Bas-Rhin veut injecter 200 millions d'euros pour soutenir les filières de l'économie de proximité afin d'accompagner la reprise.

Le département du Bas-Rhin veut lancer un plan Marshall de 200 millions d'euros.
Le département du Bas-Rhin veut lancer un plan Marshall de 200 millions d'euros. — Photo : © Jonathan SARAGO

« Un plan Marshall des circuits courts », c’est comme cela que le département du Bas-Rhin dénomme l’enveloppe de 200 millions d’euros que l’institution veut débloquer pour accompagner la reprise économique à l’issue de la crise sanitaire causée par l’épidémie de Covid-19.

« Nous voulons mettre des moyens importants pour relancer l’économie et aider à la reprise économique. Notre priorité est de garantir la souveraineté économique dans les filières de la vie courante comme les secteurs de la santé, de l’alimentation, des énergies renouvelables, des travaux publics et du bâtiment, des mobilités et du tourisme et de la culture », précise Frédéric Bierry, président du Conseil départemental du Bas-Rhin. À titre d’exemple, celui-ci souligne par ailleurs avoir « longtemps cru qu’avec les fleurons de l’industrie pharmaceutique que nous avons dans l’espace rhénan, comme Merck ou encore Lilly, nous avions les capacités nécessaires de production. Or, cette industrie est dépendante de la disponibilité des molécules produites en Asie ».

Marge de manœuvre économique

Si dans le cadre de loi NOTRe de 2015, les conseils départementaux ne possèdent pas la compétence économique sur leur périmètre d’actions, compétence revenue aux régions, le président du département du Bas-Rhin reste confiant quant à la capacité de la collectivité départementale à mener à bien ses ambitions. En effet, selon Frédéric Bierry, « nous n’allons pas nous empêcher d’agir pour l’emploi et le premier investissement est de l’ordre sanitaire et médico-social pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs à la reprise de postes. Le domaine sanitaire relève du département ». De plus, ce « Plan Marshall » se décline autour des thématiques « des circuits courts, de l’activité de proximité et de l’accompagnement des filières, celles-ci sont des compétences du département », justifie le président de l’institution.

Frédéric Bierry dessine au passage les contours de la future collectivité européenne d’Alsace dont l’acte de naissance est prévu pour janvier prochain. « Certains éléments de ce plan vont s’échelonner dans le temps, nous nous acheminons progressivement vers une collectivité unique dans laquelle se fondront ces circuits courts à l’échelle de l’Alsace ».

Démarche concertée

Sans préciser d’agenda, pour lancer ce plan, Frédéric Bierry, également président de l’agence de développement économique, l’Adira, assure « d’ores et déjà agir, en concertation avec les partenaires économiques, avec les chambres de métiers et les CCI, les corporations et les organisations patronales ». Sur les 200 millions alloués, au moins la moitié proviendra de fonds nouveaux, ainsi que des dépenses initialement budgétisées pour des projets qui ne pourront pas voir le jour en 2020 ». Par ailleurs, début mai, sous couvert de la loi NOTRe, le gouvernement a mis fin au projet de fonds de solidarité territorial à destination des TPE lancé par le département des Bouches-du-Rhône.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition