Strasbourg

Assurance

L'assureur Roederer veut atteindre une ampleur nationale

Par Charlotte Stiévenard, le 27 septembre 2021

Le courtier en assurance alsacien Roederer a dévoilé sa stratégie 2024. L’ETI familiale veut atteindre une position d’acteur national. Il compte augmenter son chiffre d’affaires de 50 % et accélérer sa transformation numérique.

Geoffroy Roederer est la quatrième génération à la tête du courtier en assurance strasbourgeois du même nom.
Geoffroy Roederer est la quatrième génération à la tête du courtier en assurance strasbourgeois du même nom. — Photo : Jean-Marc Hedoin

Le groupe Roederer n’est plus une PME. Après le rachat d’un autre courtier en assurance, le bas-rhinois Draber-Neff, début 2020, l’entreprise familiale a dépassé les 300 collaborateurs et réalisé un chiffre d’affaires de 36,3 millions d’euros. La même année, elle a collecté plus de 310 millions d'euros de primes (payées par les assurés pour pouvoir bénéficier de la couverture en cas de sinistre). "Nous souhaitons à la fois atteindre une position d’acteur national et poursuivre notre transformation numérique", explique Geoffroy Roederer, le président, qui dévoile le plan stratégique pour 2024 de l’ETI. D’ici à cette date, elle veut augmenter son chiffre d’affaires de 50 % afin d'accompagner les évolutions de sa clientèle.

Une position d’acteur national

"Nous avons 10 000 clients entreprises. Quand les clients progressent, nous devons suivre", poursuit le dirigeant. Alors que certains clients français ont dépassé les frontières, Roederer continue de les accompagner grâce à ses réseaux de courtiers internationaux : le belge Uniba Partners qu’il a rejoint il y a une vingtaine d'années, et l'allemand Unison Steadfast qu'il a rejoint il y a quatre ans.

En France, le groupe Roederer possède déjà six sites à Strasbourg, Schiltigheim et Sélestat dans le Bas-Rhin, à Metz en Moselle, à Nancy en Meurthe-et-Moselle et à Paris. Comme "territoires d’expansion naturels", Geoffroy Roederer cite également Lille et Lyon, sans vouloir en dire plus pour l’instant. En vingt ans, sa société a procédé à une vingtaine d’acquisitions.

Rééquilibrer croissance externe et interne

"Nous souhaitons rééquilibrer la croissance externe et la croissance interne", précise le président du groupe. En pleine crise sanitaire, la croissance organique a été nulle, malgré l’augmentation du chiffre d’affaires de 20 % qui provient de l’intégration de Draber-Neff. Parmi les relais de croissance, le courtier strasbourgeois a identifié certaines spécialités comme la protection sociale, les syndicats de copropriété, l’international, la construction et le risque industriel. Il se dit aujourd’hui satisfait de la répartition de son chiffre d’affaires entre l’assurance à la personne (60 %) et l’assurance de biens et de responsabilité (40 %).

Le numérique est un des outils sur lesquels le courtier compte pour faciliter la vie de ses clients. Il s’est doté d’un progiciel de gestion intégrée (ERP) en 2019. "Aujourd’hui, la direction des services d’information c’est un peu plus de 20 équivalents temps plein pour 9 % de notre budget annuel, contre 3 % il y a vingt ans", révèle Geoffroy Roederer.

Il continue d’investir dans ce domaine, notamment dans le cadre de son laboratoire interne d’innovation numérique, le Lab’In (six collaborateurs). En deux ans, il a investi plus de 500 000 euros dans une demi-douzaine de start-up françaises du numérique, dont il préfère, pour l’instant, ne pas dévoiler le nom. Cette initiative a été financée à hauteur de 100 000 euros par Grand e-nov +, l'agence d'innovation du Grand Est. Le groupe compte intégrer leur technologie en les aidant à développer des services dédiés à ses clients. Pour les repérer, Roederer fait appel à des cabinets privés spécialisés dans les technologies de l’assurance. Il poursuit sa stratégie en discutant avec une ou deux start-up par an.

Geoffroy Roederer est la quatrième génération à la tête du courtier en assurance strasbourgeois du même nom.
Geoffroy Roederer est la quatrième génération à la tête du courtier en assurance strasbourgeois du même nom. — Photo : Jean-Marc Hedoin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail