Haut-Rhin

Nomination

L'après-Fessenheim parmi les priorités du nouveau préfet du Haut-Rhin

Par Charlotte Stiévenard, le 24 août 2020

Louis Laugier prend la suite de Laurent Touvet à la tête de la préfecture du Haut-Rhin. Parmi les priorités du nouveau préfet se trouvent l’après-Fessenheim et la Collectivité européenne d’Alsace.

Louis Laugier, le nouveau préfet du Haut-Rhin, a pris ses fonctions le 24 août 2020 à la préfecture de Colmar.
Louis Laugier, le nouveau préfet du Haut-Rhin, a pris ses fonctions le 24 août 2020 à la préfecture de Colmar. — Photo : ©Charlotte Stiévenard

Louis Laugier ne cesse de le répéter, il veut « s’imprégner et rencontrer les acteurs locaux d’abord » avant de s’exprimer sur les gros dossiers dans le Haut-Rhin. Le nouveau préfet du département a remplacé, ce lundi 24 août 2020, Laurent Touvet, appelé au poste de préfet de Moselle. Louis Laugier cite l’après-Fessenheim et la Collectivité européenne d’Alsace parmi ses priorités. Concernant le démantèlement de la centrale nucléaire, il attend de rencontrer les acteurs locaux pour « déterminer les frustrations » sur ce dossier sensible.

Se concentrer sur la relance économique

Autre sujet central : les conséquences du coronavirus alors que le Haut-Rhin a été « particulièrement touché », selon Louis Laugier. Le nouveau préfet reste prudent car elles sont « difficiles à quantifier pour l’instant », comme il a pu déjà le constater au poste de préfet de Savoie, un département où « l’impact psychologique et sanitaire a été moindre, mais où le sujet était sensible du fait du tourisme. » Louis Laugier est arrivé à la tête de cette préfecture en janvier 2018, après avoir passé un peu plus de deux ans comme préfet de l’Aveyron. Ancien militaire, il a également exercé des fonctions dans l’administration centrale, notamment en tant que sous-directeur des ressources humaines au ministère de l’Intérieur.

Dans le Haut-Rhin, la question de la reprise de l’activité économique, notamment pour le secteur touristique, est un sujet qu’il va donc « approcher de très près ». Il cite notamment la viticulture comme un domaine particulièrement touché. Pendant les prochaines semaines, il rencontrera les représentants des chambres consulaires, des organisations syndicales et patronales. Des rendez-vous avec les entreprises du Haut-Rhin les plus stratégiques sont également au programme. Ce lundi 24 août après-midi, une première visioconférence avec la préfète du Grand Est et du Bas-Rhin, Josiane Chevalier, était également organisée.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition