Strasbourg

Transport

L'aéroport veut faire décoller l'aviation d'affaires

Par Lucie Dupin, le 11 mai 2017

C’est un hangar flambant neuf que la société aéroportuaire de l’aéroport de Strasbourg-Entzheim vient d’inaugurer. Ces 1200 m² s’ajoutent ainsi aux 1200 m² déjà existants et sont destinés à l’aviation d’affaires. L’ambition affichée de l’aéroport de Strasbourg : faire décoller cette activité.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

L’investissement de l’ordre de 4 millions d’euros a été porté par la société aéroportuaire de l’aéroport de Strasbourg Entzheim (22 millions d'euros de CA en 2015, 1.000 salariés). Un hangar de 1.200 m², l’extension du tarmac et l’aménagement des abords ont été livrés en quatre mois par les sociétés Eiffage et Colas. Cet équipement complète un ensemble de deux hangars déjà existants de 600 m² chacun. Actuellement, ceux-ci sont loués par la compagnie d’aviation d’affaires Airailes (6 personnes, CA : n.c), créée il y a 25 ans et implantée à Entzheim depuis 2014.

Depuis septembre 2015, l’école de pilotage Eatis (dix personnes, 1 M€ de CA) occupe également les lieux. En parallèle de ses services destinés à former de jeunes pilotes, celle-ci développe actuellement une activité d’aviation d’affaires et espère pouvoir proposer ses premiers vols d’ici l’automne. Thomas Dubus, directeur général de l’aéroport d’Entzheim, explique que « le sujet de l’aviation d’affaires a longtemps été le parent pauvre de l’aéroport. Il s’agissait d’une zone compliquée à exploiter mais nous changeons l’image de ce service d’un point de vue qualitatif. Des visiteurs étrangers sont accueillis à travers l’aviation d’affaires, tout comme des chefs d’entreprise, des diplomates, des décideurs ou encore des clients de Bugatti à Molsheim. En atterrissant en redécollant d’ici, c’est la première et la dernière image qu’ils se font de l'Alsace. Nous devons offrir un service qui correspond aux ambitions du territoire ». Bien que l’aviation d’affaires conserve l’image d’un transport haut de gamme réservé à une élite, Thomas Dubus constate « que l’activité se développe de plus en plus et bénéficie d’une baisse des coûts en raison des progrès technologiques des appareils qui consomment moins de carburant par exemple. Proposer ce service à Strasbourg, c’est un outil supplémentaire en faveur de la capitale de l’Europe. Les enjeux d’accessibilité prennent du temps et la dynamique engagée par la société aéroportuaire commence à porter ses fruits ».

20 millions d’euros d’ici 2020

La construction de ce hangar de 1.200 m² loué à Airailes vient certes compléter l’offre déjà existante de deux hangars de 600 m² chacun. Pourtant, ce n’est que la première phase d’un projet d’envergure tracé sur les trois années à venir. D’ici fin 2020, 20 millions d’euros auront été investis dans deux nouvelles extensions de 4.500 m² chacune et dans le développement de nouvelles activités, telles que des activités aéro-industrielles et mécaniques, l’accueil des compagnies basées, l’hébergement d’avions, et la construction d’un pavillon d’honneur et de salons pour accueillir les diplomates. « Si la première phase de 4 millions d’euros a été portée par la société aéroportuaire, (Ndlr : détenue à 60 % par l’Etat, à 25 % par la CCI et à 5 % par chacune des collectivités locales, le département du Bas-Rhin, l’Eurométropole et la Région Grand Est), cet investissement de 20 millions d’euros sera accompagné par un investisseur privé, autour duquel nous ne souhaitons pas encore communiquer » précise Thomas Dubus.

« De la place pour tout le monde »

Jean-Luc Heimburger, président de la CCI Alsace-Eurométropole estime « qu’il existe un marché pour l’aviation d’affaires et un aéroport qui veut être nommé comme tel se doit de proposer un service d’aviation privée. La plateforme aéroportuaire d'Entzheim accueille 120 entreprises. C'est un outil économique du développement du territoire. Ces services d’aviation privée n’entrent pas en concurrence avec ceux proposés à Colmar mais se complètent en fonction des implantations et de la géographie des entreprises ». Pourtant, la société Airailes, jusqu’à présent basée à Colmar, semble bien avoir reçu un appel du pied de la part de l’aéroport de Strasbourg, qui a su la convaincre de venir s’y implanter en 2014. « Nous disposons de deux avions et cinq pilotes assurent nos prestations, à la fois pour de l’aviation d’affaires mais aussi sanitaire, pour le transport de blessés ou d’organes. Nous réalisons environ 500 missions par an vers l’Europe et l’Afrique du Nord. L’infrastructure proposée à Strasbourg nous a convaincus de nous développer ici, d’autant plus en prévision du projet d’extension dans les prochaines années » décrit Brigitte Oumier, gérante de la compagnie Airailes. Enfin, l’école de pilotage Eatis dispose de sept avions et devrait proposer elle aussi un service d’aviation d’affaires d’ici l’automne. Celle-ci vient d'investir dans un nouvel avion et un dossier est en effet en cours pour recevoir les autorisations auprès de la Direction générale de l’aviation civile et de la Direction de la sécurité de l’aviation civile. Et les perspectives de développement sont intéressantes. Eatis, qui emploie actuellement 10 personnes, prévoit le recrutement de 10 salariés supplémentaires entre 2018 et 2019.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture