Grand Est

Finance

La Sodiv propose un nouvel outil de financement

Par Lucie Dupin, le 19 novembre 2021

Dans le Grand Est, la Sodiv accompagne les entreprises dans leurs projets créateurs d’emplois avec plusieurs outils de financement. Le dernier en date, des emprunts obligataires remboursables en actions, commence à séduire les chefs d’entreprise de la région.

La Sodiv emploie trois salariés, dont Dominique Schilling son P.-D.G.
La Sodiv emploie trois salariés, dont Dominique Schilling son P.-D.G. — Photo : Sodiv

D’abord alloués aux entreprises alsaciennes puis étendus à la région Grand Est en 2018, les fonds de la Sodiv permettent de proposer des prêts participatifs pour accompagner les PME dans leurs projets créateurs d’emplois. Créée en 1985 pour revitaliser le bassin des Mines de Potasse d’Alsace et accompagner sa reconversion, la Sodiv, siégeant à Mulhouse, compte sur un outil de financement : les prêts non affectés et sans garantie sur cinq ans.

Mais depuis, la crise sanitaire est passée par là et un nouveau produit vient compléter l’offre de la Sodiv. "À la suite de la crise liée à la pandémie de Covid-19, beaucoup d’outils de financement ont été mis en place, comme les prêts garantis par l’État, par exemple, explique Dominique Schilling, P.-D.G. de l’entreprise. Mais en contrepartie, les entreprises devaient se retrouver endettées et cela a impacté leurs fonds propres".

Indépendance financière

La Sodiv a donc cherché comment faire pour rééquilibrer les fonds propres des entreprises sans intervenir dans leur capital, "mesure d’indépendance des sociétés vis-à-vis de leurs fournisseurs, de leurs financeurs, etc.", estime Dominique Schilling. C’est ainsi que la Sodiv a mis en place, courant de l’année 2021, les oraces, des emprunts obligataires remboursables en actions. Concrètement, leur durée est de sept ans et le montant est compris entre 80 000 et 200 000 euros avec un remboursement des intérêts à un taux de 6 % par an.
La Sodiv décrit ce produit, qui relève des fonds propres, comme un outil financier "dont l’objet n’est pas affecté, accordé sans garantie particulière, conçu pour renforcer la structure financière de l’entreprise, dont les modalités de remboursement (en actions ou en numéraire) sont à la main de l’entreprise financée".

Créer des emplois

D’ici la fin d’année, la Sodiv vise la signature de huit oraces avec des entreprises du Grand Est pour un montant total de 1,2 million d’euros. Selon Dominique Schilling, "le produit est simple à mettre en place, est transparent et plaît bien".
C’est ce qu’a retenu Phytodia, laboratoire de cosmétiques implanté à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin). L’entreprise de 12 salariés (CA 2020 : 811 000 €) a signé cet automne 200 000 euros d’oraces avec la Sodiv. Son dirigeant, Régis Saladin, le reconnaît, "ce dispositif permet d’accompagner notre projet de développement avec le recrutement de trois nouveaux postes dans le marketing et le commercial pour conforter notre marque dans les instituts de beauté. C’est le produit financier qu’il nous fallait". Régis Saladin, qui comptera prochainement 14 salariés, estime que sans cet outil "il aurait fallu financer différemment, nous aurions pris plus de temps pour le faire".

Cet outil de financement a également séduit l’entreprise mosellane Preci 3D (20 collaborateurs), en plan de continuation depuis 2015. Spécialisée dans l’usinage de haute précision et la production de pièces en petites séries pour l’aéronautique et l’automobile, la société a souffert de la crise sanitaire au point de perdre 35 % de son chiffre d’affaires en 2020, à 2,47 millions d’euros. Preci 3D a conclu 200 000 euros d’oraces avec la Sodiv pour lancer la numérisation de ses processus de production et se doter d’un nouveau centre d’usinage.

L’actionnariat de la Sodiv est constitué d’acteurs publics et privés (Région Grand Est, Safidi (groupe EDF), Caisse des dépôts, CeA, Caisse d'épargne Grand Est Europe, autres banques et CCI) et la société alloue en moyenne 3,4 millions d’euros de fonds par an pour une quarantaine de dossiers et entend assurer la sauvegarde ou la création de 500 emplois.

La Sodiv emploie trois salariés, dont Dominique Schilling son P.-D.G.
La Sodiv emploie trois salariés, dont Dominique Schilling son P.-D.G. — Photo : Sodiv

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail