Alsace

Métallurgie

La reprise en demi-teinte inquiète l'UIMM Alsace

Par Charlotte Stiévenard, le 24 septembre 2020

Selon l’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie (UIMM) Alsace, fin avril, la quasi-totalité des entreprises du secteur de la métallurgie avait repris grâce à l’établissement d’un protocole sanitaire par le syndicat patronal. Quelques mois plus tard, les carnets de commandes peinent malgré tout à se remplir.

L'assemblée générale de L'UIMM Alsace s'est tenue en visioconférence depuis Eckbolsheim en présence du délégué général Eric Daliguet.
L'assemblée générale de L'UIMM Alsace s'est tenue en visioconférence depuis Eckbolsheim en présence du délégué général Eric Daliguet. — Photo : ©Charlotte Stiévenard

« La situation économique reste particulièrement impactée par la crise du coronavirus », résume Bruno Russo, le président de l’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie (UIMM) Grand Est au sortir de l’assemblée générale de l’UIMM Alsace à Eckbolsheim (Bas-Rhin). Ce syndicat compte près de 330 entreprises adhérentes sur le territoire. Elles représentent 53 000 salariés soit 15 % des emplois en Alsace.

« L’ensemble des entreprises a fait face à des fermetures de sites dès le mois de mars, mais grâce à l’établissement d’un protocole sanitaire par l’UIMM, la quasi-totalité avait repris en avril, explique le président qui tempère cependant indiquant que la demande provenant des clients reste faible. Beaucoup d’adhérents à l’UIMM subissent encore des baisses de chiffre d’affaires importantes, de l’ordre de 10 à 30 % en moins ».

Des secteurs épargnés

« La situation est contrastée, précise Eric Daliguet, le délégué général, il y a des secteurs qui résistent mieux. Les perspectives d’investissement à long terme dans l’équipement électrique, par exemple, ne diminuent pas. Au contraire, l’industrie automobile se porte moins bien, mais c’était déjà le cas avant le Covid. »

Les entreprises alsaciennes ont été relativement épargnées jusqu’à présent par les plans sociaux, mais « il faut continuer à garder les compétences », insiste Bruno Russo. Avant la crise sanitaire, les besoins étaient de 6 000 à 8 000 personnes dans la métallurgie sur le territoire alsacien. « Aujourd’hui, nous n’avons pas réellement de vision là-dessus », confie Eric Daliguet. Le nombre de nouveaux alternants, en apprentissage ou en contrat de professionnalisation, est en baisse de 16 % par rapport à la moyenne des années précédentes qui était de 650 nouveaux entrants par an.

Poursuite des projets

Par ailleurs, l’UIMM poursuit ses projets sur le territoire et notamment la construction de la Maison de l’industrie à Mulhouse. Elle doit permettre de centraliser les services de l’Union des Industries et Entreprises de la Métallurgie (UIMM) dans le Haut-Rhin. Elle sera finalement livrée début février 2021 avec deux mois de retard par rapport aux prévisions initiales. Elle accueillera d’abord des équipes administratives fin mars, puis les formations techniques à partir de fin juin. Cet investissement de 11 millions d’euros a été financé à hauteur de 3,3 millions d’euros par la Région Grand Est. Sur cette somme, le budget spécifique concernant le bâtiment s’élève à 9,7 millions d’euros.

L'assemblée générale de L'UIMM Alsace s'est tenue en visioconférence depuis Eckbolsheim en présence du délégué général Eric Daliguet.
L'assemblée générale de L'UIMM Alsace s'est tenue en visioconférence depuis Eckbolsheim en présence du délégué général Eric Daliguet. — Photo : ©Charlotte Stiévenard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail