Strasbourg

Réseaux économiques

La Maison de l’emploi de Strasbourg va renforcer ses actions transfrontalières

Par Lucie Dupin, le 30 juin 2022

Face aux tensions sur le marché de l’emploi, La Maison de l’emploi de Strasbourg souhaite renforcer ses actions pour proposer aux travailleurs français comme allemands des opportunités professionnelles de part et autre de la frontière.

La Maison de l’emploi de Strasbourg, présidée par Anne-Marie Jean (au centre), est dirigée par Vincent Horvat et Agathe Binnert, directrice adjointe (à droite).
La Maison de l’emploi de Strasbourg, présidée par Anne-Marie Jean (au centre), est dirigée par Vincent Horvat et Agathe Binnert, directrice adjointe (à droite). — Photo : Lucie Dupin

La Maison de l’Emploi de Strasbourg (MDE) (budget annuel : 1,5 M€ ; 9 collaborateurs), soutenue par les collectivités locales et l’État, aide les demandeurs d’emploi à accéder au marché de l’emploi sur le bassin d’emploi de Strasbourg et propose des réponses aux besoins en compétences et aux mutations de l'emploi. 350 entreprises sont engagées autour de la MDE à travers une vingtaine de programmes d’accompagnement.
Face à un marché de l’emploi en tension des deux côtés du Rhin, la MDE souhaite renforcer ses actions sur l’axe transfrontalier. "7 900 Français du bassin de Strasbourg vont travailler quotidiennement en Allemagne dans l’Ortenau. Notre nouveau projet soutenu par le fonds européen Interreg 6 vise également à attirer des travailleurs allemands dans le bassin d’emploi de Strasbourg", explique Agathe Binnert, directrice adjointe de la MDE. Même si l’Ortenau, autour des villes de Lahr et d’Offenbourg "fait partie des territoires les plus riches du Bade-Wurtemberg avec des PME pointues, il y existe aussi des secteurs en tension", précise Agathe Binnert.

Mobilité internationale

Alors que près de 8 000 travailleurs frontaliers strasbourgeois traversent le Rhin tous les jours, il est encore difficile d’estimer le flux de travailleurs allemands de l’Ortenau venant travailler à Strasbourg selon la MDE. Du côté français, l’argument d’une meilleure rémunération en Allemagne est recevable. Mais à l’inverse, que viennent chercher les candidats allemands à un poste en France ? "Il peut s’agir d’une étape pour une mobilité internationale avec une première expérience à Strasbourg, à proximité de la frontière", évalue Vincent Horvat, directeur de la MDE. Le dirigeant l’assure : "pour les jeunes générations, la rémunération est certes importante mais ce n’est plus le seul critère. Elles sont aussi en attente de qualité du parcours professionnel, d’adhésion aux valeurs de l’entreprise, etc.".

Tiers-lieu transfrontalier

Pour asseoir ce programme d’emploi des deux côtés du Rhin, la MDE pourra compter sur une nouvelle structure. Le tiers lieu transfrontalier KaléidosCoop ouvrira d'ici la fin d'année dans les anciens locaux de la Coop au Port du Rhin, à proximité de la frontière. Il est copiloté par la Maison de l’emploi, la Chambre régionale de l’ESS et la société coopérative Cooproduction. L’espace de 2 800 m² accueillera notamment des ateliers délocalisés de l’agence pour l’emploi allemande de la ville voisine de Kehl.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition