Alsace

Transport

La collectivité européenne d'Alsace appelle à une fiscalité dérogatoire pour l'aéroport de Strasbourg-Entzheim

Par Lucie Dupin, le 09 février 2021

Pour conforter la présence des institutions européennes à Strasbourg et promouvoir l'attractivité économique du territoire, Frédéric Bierry, président de la collectivité européenne d'Alsace, s'exprime en faveur d'une fiscalité dérogatoire de l'aéroport de Strasbourg-Entzheim et de la création d'une zone d'activité. 

Avion de la compagnie Volotea
Volotea est la première compagnie présente à l'aéroport de Strasbourg en matière de trafic de passagers. — Photo : Volotea

Invité par la CCI Alsace Eurométropole à échanger avec des chefs d’entreprise alsaciens, Frédéric Bierry, président de la nouvelle collectivité européenne d’Alsace (CEA), s'est exprimé sur les grands enjeux économiques territoriaux. Et notamment sur le statut de l’aéroport de Strasbourg-Entzheim, « qui dépend à plus de 70 % de la compagnie aérienne Volotea et dont l’enjeu de la fiscalité doit être discuté dans le cadre du prochain contrat triennal », selon l’élu.

Le précédent contrat triennal 2018-2020 signé entre la Ville de Strasbourg, l’État, la Région Grand Est et le département du Bas-Rhin s’élevait à 185,574 millions d’euros pour promouvoir l’attractivité européenne du territoire. Le contrat 2021-2023 est en préparation. Pour Frédéric Bierry, « une justification d’une fiscalité dérogatoire commence à être entendue dans les négociations avec le secrétariat d’État aux affaires étrangères mais nous n’y sommes pas encore ».

Éviter une concurrence déloyale

Le président de la collectivité européenne d'Alsace rappelle que « les deux autres aéroports à proximité de Strasbourg-Entzheim, celui de Baden-Baden en Allemagne et l’EuroAirport de Bâle-Mulhouse, bénéficient de taxes plus faibles et des opérateurs menacent de quitter l’aéroport strasbourgeois si les taxes ne sont pas baissées ». Frédéric Bierry estime devoir parer à cette sorte de « concurrence déloyale » pour préserver la présence des institutions européennes à Strasbourg. À moyen terme, celui qui préside également l’Adira, l’agence de développement économique de l’Alsace, entrevoit « une gestion commune des sites aéroportuaires de Baden-Baden et de Strasbourg » pour gommer la concurrence entre ces deux plateformes. Le transfrontalier relevant des compétences de la nouvelle collectivité, Frédéric Bierry y voit « un renforcement du lien franco-allemand et de la dynamique économique ».

Zone d'activité

À court terme, pour appuyer le positionnement de l’aéroport strasbourgeois dans l’attractivité économique du territoire, Frédéric Bierry évoque par ailleurs le potentiel de création d’une zone d’activité à proximité immédiate de l’aéroport de Strasbourg-Entzheim (CA 2019 : 25 M€ ; 100 collaborateurs) en récupérant les friches destinées à des activités militaires et en en facilitant l'accès routier. En 2020, en raison de la crise sanitaire, l’aéroport bas-rhinois a perdu 60 % de son trafic de passagers par rapport à 2019.

Avion de la compagnie Volotea
Volotea est la première compagnie présente à l'aéroport de Strasbourg en matière de trafic de passagers. — Photo : Volotea

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail