Strasbourg

Biotech

La biotech Biosenic naît de la fusion entre le strasbourgeois Medsenic et le belge Bone Therapeutics

Par Lucie Dupin, le 28 octobre 2022

Les biotechs strasbourgeoise et belge Medsenic et Bone Therapeutics fusionnent pour poursuivre leur développement. Leurs études portent notamment sur le traitement de maladies auto-immunes à base d’un principe actif issu de l’arsenic.

François Rieger et Véronique Pomi ont cofondé Medsenic en 2010. Ils codirigent aujourd’hui Biosenic.
François Rieger et Véronique Pomi ont cofondé Medsenic en 2010. Ils codirigent aujourd’hui Biosenic. — Photo : Aurore Delsoir

La biotech strasbourgeoise Medsenic finalise sa fusion inversée avec le belge Bone Therapeutics, coté à la Bourse Euronext et spécialisé dans les thérapies cellulaires. L’opération annoncée cet été est effective depuis le 24 octobre. Elle entérine la création de la nouvelle entité dénommée Biosenic, qui bénéficie directement d’une cotation en Bourse. Bone Therapeutics prend une participation à hauteur de 51 % dans l’actionnariat de Medsenic. Les actionnaires des deux sociétés possèdent respectivement 80 et 20 % des parts de la nouvelle entité Biosenic.

Complémentarité

Le strasbourgeois Medsenic développe un médicament sous forme orale et intraveineuse à base de trioxyde d'arsenic, ou sels d'arsenic. Celui-ci vise le traitement de la maladie du greffon contre l'hôte, pouvant apparaître lors de greffes, et d'autres maladies inflammatoires auto-immunes, comme le lupus systémique ou la sclérose systémique. "Ce qui est exceptionnel, c'est que l'arsenic, utilisé sous forme de trioxyde d'arsenic, n'est plus vu comme un poison mais comme un médicament qui guérit", décrit Véronique Pomi, directrice exécutive de Biosenic. Après avoir rencontré Bone Therapeutics en début d'année 2022, la biotech strasbourgeoise a souhaité se rapprocher de l'entreprise belge car "celle-ci travaille sur l'inflammation et des complémentarités sont attendues", souligne Véronique Pomi. François Rieger, cofondateur de Medsenic, créé en 2010 et notamment soutenu par le fonds Cap Innovest, devient PDG de la toute jeune entité Biosenic.

La biotech lancera ses essais cliniques de phase III aux États-Unis pour la maladie du greffon contre l'hôte début 2023. La dirigeante de la nouvelle structure estime que "pour poursuivre les développements envisagés, il sera obligatoire de penser à une levée de fonds courant 2023". Les deux équipes d'une quinzaine de personnes au total sont réunies au sein de la structure nouvellement créée et des recrutements sont prévus pour 2023.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition