Strasbourg

Agroalimentaire

Kyo Kombucha développe son savoir-faire dans la fermentation du thé

Par Lucie Dupin, le 20 novembre 2018

Olivier Courot et Frédérique Fischer produisent, près de Strasbourg, du kombucha, boisson ancestrale à base de thé fermenté venue de Mongolie. Les entrepreneurs veulent vendre leur savoir-faire scientifique pour devenir prescripteurs.

Olivier Courot et Frédérique Fischer, dirigeants de Bio Brasseurs - Kyo Kombucha en Alsace.
Olivier Courot et Frédérique Fischer fabriquent et commercialisent du thé fermenté bio dans le Grand Est. — Photo : © Lucie Dupin - Le JDE

Les créateurs

Associer l’Alsace au brassage de la bière, c’est monnaie courante. Pourtant, lorsque l’on remplace le mot bière par thé, l’effet de surprise est assuré. Connu et bien développé au Canada, le brassage du thé en France est encore peu répandu. Cependant, Olivier Courot et Frédérique Fischer, anciens gérants de boutiques de fleurs, se sont lancés à Strasbourg dans la production de cette boisson originaire de Mongolie et âgée de 2000 ans. C’est lors de leur projet de reconversion professionnelle dans le brassage de la bière que les deux entrepreneurs ont découvert le kombucha.

« En créant notre société Bio brasseurs-Kyo Kombucha, nous travaillons le thé de manière naturelle. La fermentation à base de sucre, avec du thé vert bio, est une technique ancestrale que nous remettons à l’ordre du jour pour produire une boisson sans alcool, légèrement gazeuse et bénéfique pour la santé, car remplie de bonnes bactéries », défend Olivier Courot.

Le concept

Installés depuis janvier 2017 dans une pépinière d’entreprises de la ville de Strasbourg, les fondateurs de Bio brasseurs-Kyo Kombucha ont investi 350 000 € en fonds propre et en love money pour le lancement de l’activité. La commercialisation a débuté en avril 2017 et, la première année, 150 000 bouteilles ont été distribuées dans les magasins bio et le réseau régional des hôtels-cafés-restaurants. « Le point mort est atteint à partir de 250 000 bouteilles et nous visons les 300 000 bouteilles. Au départ, nous pensions être producteurs. Or, pour développer la production, il faut les capacités nécessaires d’embouteillage. Notre stratégie s’affine donc vers la recherche et développement », précise Olivier Courot.

Les perspectives

À la création de l’activité, Olivier Courot et Frédérique Fischer ont été accompagnés par une doctorante de l’université de Tunis qui travaillait sur la technique de fermentation du kombucha. Aujourd’hui, les fondateurs orientent leur projet d’entreprise vers la R&D et souhaitent vendre des prestations scientifiques et le savoir-faire qu’ils ont acquis seuls. En effet, les techniques de fermentation du thé restent confidentielles.

« C’est un marché en plein essor, surtout en Amérique du Nord, mais il existe peu de fabricants. Nous n’aurons pas l’outil de production suffisant pour suivre les demandes. Notre stratégie est donc de vendre nos souches et notre savoir », explique Olivier Courot. Pour ce faire, son entreprise veut intégrer la scientifique tunisienne en post-doc dans son équipe et a noué un partenariat avec l’Université de Strasbourg afin d’utiliser un laboratoire pour sa R&D.

Olivier Courot et Frédérique Fischer, dirigeants de Bio Brasseurs - Kyo Kombucha en Alsace.
Olivier Courot et Frédérique Fischer fabriquent et commercialisent du thé fermenté bio dans le Grand Est. — Photo : © Lucie Dupin - Le JDE

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture