Strasbourg

Innovation

Knot, cette trottinette connectée qui veut conquérir l'espace public dans nos villes

Par Lucie Dupin, le 18 décembre 2017

La startup Knot roule sur le créneau de la mobilité urbaine et propose des trottinettes connectées pour répondre aux enjeux des nouveaux modes de déplacement en ville. Après une phase pilote lancée cet été en Ile-de-France, les trottinettes Knot seront disponibles en libre service à Colmar en février.

Photo : Knot

Les créateurs

La trottinette connectée Knot a été fondée à Strasbourg début 2016 (7 personnes; CA prévisionnel : 300.000 euros). Polina Mikhaylova, 28 ans, originaire de Saint-Pétersbourg, est diplômée de Sciences Po Strasbourg et de l’EM Strasbourg. La jeune femme dispose d’expériences dans le montage de financements européens. Arthur Keller, 31 ans, a quant à lui fait des études d’ingénieur en France et en Allemagne. Lors d’événements tels les start-up week-ends organisés en Alsace, ils s’entourent de profils complémentaires. Aujourd’hui, l’équipe Knot compte sept personnes et est opérationnelle dans les domaines de la mécanique, de la technique, du développement électronique, du logiciel, du financement.

Le concept

Knot est un service de mise à disposition de trottinettes en libre-service à l’aide d’une application mobile. Si les modèles sont conçus par l’équipe strasbourgeoise, la fabrication est confiée à une métallerie située à Molsheim. Polina Mikhaylova se souvient que « l’idée est une histoire de déclic. Autour de nous, nous avions des amis dont les enfants faisaient de la trottinette mais les parents avaient du mal à les suivre».

L’anecdote s’accompagne du concept du dernier kilomètre et de l’intermodalité en milieu urbain. « En ville, quand une personne doit faire plus de 400 mètres à pied, c’est le seuil à partir duquel se pose la question d’utiliser la voiture. En mettant à disposition des trottinettes en libre-service dans les zones urbaines, nous participons aux réflexions quant aux enjeux de mobilité » précise la cofondatrice de Knot.

Les perspectives

Au lancement de Knot, l’équipe a investi sur fonds propres et a levé 60.000 euros auprès du fonds d’investissement UrbanX, joint-venture entre Mini Cooper et SOSV. En 2016, Knot a passé trois mois dans un accélérateur dédié aux villes intelligentes à New York.


« Cette expérience nous a réconfortés dans l’idée qu’il existe bien un besoin en trottinettes. Mais nous nous sommes lancés sur le marché français de la mobilité urbaine, plus mature. Depuis juillet, notre service est disponible à Montrouge et à Saint-Denis en expérimentation jusqu’à la fin de l’année. Au total, on compte dix stations avec 92 points d’attache. Nos 50 premières trottinettes y sont proposées en libre-service », précise Polina Mikhaylova.

Pour ce faire, Knot a passé un partenariat avec la société du Grand Paris à Montrouge et avec la SNCF à Saint-Denis. D'ici février, Colmar doit accueillir sa première flotte de 16 trottinettes en partenariat avec la SNCF.

En 2018, Knot prévoit la production de 300 trottinettes supplémentaires. Enfin, les fondateurs de Knot souhaitent se positionner auprès des groupes de promotion immobilière comme Bouygues ou Nexity afin d’intégrer le concept de trottinettes connectées dans le volet mobilité des projets immobiliers.

Photo : Knot