Bas-Rhin

Technologies

Huawei : un pas de plus vers une usine en Alsace ?

Par Lucie Dupin, le 12 octobre 2020

Le géant des télécoms Huawei poursuit ses prospections pour prendre pied en Alsace et a rencontré les élus de l'Eurométropole de Strasbourg. Le montant de l'investissement que pourrait consentir le constructeur chinois s'il implantait une usine en Alsace se monterait à 200 millions d'euros, avec à la clé 500 emplois. L'usine démarrerait sa production en 2023 au plus tôt.

Smartphone Huawei
Le constructeur chinois Huawei prospecte en Alsace pour implanter une usine de composants. — Photo : CC0

Le géant des télécoms chinois Huawei poursuit sa prospection en Alsace pour implanter une usine de production de composants. Les dirigeants de l’entreprise ont rencontré lundi 12 octobre la présidente de l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) et maire d'Holtzheim, Pia Imbs, et les deux présidentes déléguées à la Métropole, la maire de Schiltigheim Danielle Dambach et la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian, ainsi qu’Anne-Marie Jean, vice-présidente à l’EMS en charge de l’économie, et Thibaud Philipps, maire d’Illkirch-Graffenstaden.

Huawei a le projet d’investir 200 millions d’euros dans la construction d’une usine de composants en Europe. Le projet générerait 500 emplois. Alors que l’entreprise poursuit sa prospection, quatre sites seraient évoqués dans le Bas-Rhin : deux à Illkirch-Graffenstaden, un à Brumath et un à Erstein. Pia Imbs qualifie la rencontre avec les représentants de Huawei « de positive et de réconfortante ». Elle assure que les élus ont posé des questions concernant « les intentions de l’entreprise en matière d’offres d’emploi, d’empreinte environnementale, de responsabilité sociale et sociétale ».

Emplois qualifiés et R & D

Pour la présidente de l’Eurométropole, « les emplois créés sont des emplois qualifiés tournés vers la R & D, ce qui peut assurer des débouchés pour les écoles d’ingénieurs ». « Huawei n’est pas une entreprise cotée en Bourse, argue-t-elle. Ses salariés en sont actionnaires et, en réinvestissant dans la R & D, l’entreprise a la volonté de s’inscrire dans un territoire de façon durable ». Pour autant, Huawei produisant des composants entrant dans la composition des cartes 2G, 3G, 4G et 5G, l’organisation d’un débat citoyen par l’EMS et la Ville de Strasbourg est envisagé quant à aux usages numériques et à la place accordée à cette technologie de 5e génération.

Booster le parc d’innovation

Les deux sites de l’Eurométropole en lice pour une implantation de Huawei dans le Grand Est concernent la commune d’Illkirch-Graffenstaden. Si l’entreprise chinoise tranchait en faveur de sa commune, son maire, Thibaud Philipps, y verrait « une suite logique dans le développement du parc d’innovation qui accueille déjà des entreprises de renom comme Transgene, Biosynex ou encore Alcatel, qui va déménager dans le parc. Le pôle télécoms y prendrait ainsi de l’ampleur ». Si Pia Imbs considère que « la position de l’Alsace est un atout pour adresser le marché européen », le constructeur chinois prospecterait également ailleurs en Europe. L’agenda des prochaines étapes de négociations n’est pas encore fixé. Cependant, Huawei envisage un démarrage de la production, au plus tôt, en 2023.

Smartphone Huawei
Le constructeur chinois Huawei prospecte en Alsace pour implanter une usine de composants. — Photo : CC0

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail