Strasbourg

Infrastructure

Grand Contournement Ouest : la DUP prorogée de huit ans

Par Lucie Dupin, le 24 janvier 2018

L'Etat a décidé de proroger de huit ans la déclaration d’utilité publique concernant le Grand Contournement Ouest de Strasbourg. Les acteurs économiques sont satisfaits mais appellent au développement d'autres mesures de décongestion du trafic en parallèle.

Le tracé du GCO — Photo : DR

Le ministère de la Transition écologique proroge de huit ans la déclaration d’utilité publique concernant le Grand Contournement Ouest de Strasbourg. La précédente datait de 2008. Celle-ci s’accompagne de la délivrance de l’autorisation unique environnementale. Les travaux nécessaires à la conduite du chantier préparatoire sur le tracé de l’autoroute sont ainsi rendus possibles. Ceux-ci sont confiés au concessionnaire Vinci, qui avait dû suspendre les travaux préalables de déboisement fin septembre suite à des avis négatifs rendus par le Conseil national de protection de la nature. Le ministère indique que « la vérification du bon respect par le concessionnaire des engagements pris sera faite régulièrement par un comité de suivi. L'avancement des travaux fera l’objet d’une présentation de suivi au Conseil national de protection de la nature sous un an ».

1 500 emplois induits sur trois ans

Selon une étude publiée en 2016 par la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, la réalisation de cette autoroute de contournement de l’agglomération de Strasbourg représente 1 500 emplois directs et indirects sur trois ans liés aux travaux et pour les seules entreprises de travaux publics.

De plus, le gain de temps de transport est chiffré à 121 millions d’euros d’économie pour les entreprises de transport de marchandises et à 10 millions d’euros d’économies pour les entreprises de travaux publics. Par ailleurs, une étude réalisée par TNS Sofres sur commande de la CCI indique que 92 % des chefs d’entreprise du Bas-Rhin sont favorables au GCO.

Malgré l'opposition de militants écologistes et leur occupation du terrain sur le tracé du GCO, le monde politique et économique alsacien réagit positivement à cette annonce ministérielle. Pour Jean Rottner, président de la Région Grand Est, « Nous allons désormais vers une autorisation définitive du chantier. Et je m’en satisfais. Naturellement, en lien avec l’Etat et les collectivités locales, il nous faudra être attentifs au suivi des préconisations du CNPN pour le maintien de l’écosystème autour de l’agglomération strasbourgeoise. Pour autant, la mise en œuvre de l’A355 va décongestionner les axes routiers de l’agglomération strasbourgeoise, améliorer notablement la qualité de l’air, simplifier l’accès à l’Eurométropole de Strasbourg et conforter ainsi son attractivité économique. De surcroît, la requalification de l’A35 va également pouvoir entrer dans une phase plus opérationnelle et la Région Grand Est y prendra toute sa part ».

Développer les mobilités complémentaires

Jean-Luc Heimburger, président de la CCI Alsace Eurométropole, estime quant à lui que « la réalisation du Contournement Ouest de Strasbourg est en bonne voie, ce qui est important pour notre économie et pour l’emploi : maintien d’entreprises dont l’activité est affectée par les difficultés chroniques de circulation ; confirmation d’implantations d’entreprises dont la décision était suspendue à la réalisation ou non du COS. Cet ouvrage est en effet indispensable pour améliorer les accès à Strasbourg et à l’Eurométropole et absorber une partie importante du transit Nord-Sud ».

Le président de la CCI prévient pourtant que « le GCO ne constitue pas la seule solution. Il existe un ensemble de mesures qui doivent être soutenues et déployées : les transports en commun, le covoiturage, le télétravail, les plans de déplacement entreprise… ».

Enfin, selon Robert Herrmann, président de l’Eurométropole de Strasbourg, « il s’agit d’une étape essentielle dans la construction partagée d’une ambition plus large pour les transports de notre agglomération ; une ambition capable d'améliorer l’attractivité et les mobilités quotidiennes de nombre d’habitants qui l’attendaient. Le projet que nous poursuivons rend compatible le développement économique et les exigences environnementales. Cette décision est aussi le fruit d’une mobilisation sans relâche des collectivités territoriales unanimes, des chambres consulaires et des nombreux acteurs économiques de l’Eurométropole. Sans leur persévérance et leur soutien renouvelé, ce grand projet ne serait pas aujourd'hui en si bonne voie ».

Le tracé du GCO — Photo : DR