Bas-Rhin

Industrie

Factoryy prolonge la durée de vie des machines industrielles

Par Julie Giorgi, le 07 septembre 2022

La petite entreprise strasbourgeoise vient en aide aux industriels pour fabriquer des pièces détachées introuvables sur le marché. Elle leur permet ainsi de réaliser des économies en retardant l’achat de matériel neuf.

Le bureau d’études de Factoryy dessine les pièces en 3D, réalise les plans et définit les coûts et quantités d’une relance de production.
Le bureau d’études de Factoryy dessine les pièces en 3D, réalise les plans et définit les coûts et quantités d’une relance de production. — Photo : Factoryy

Depuis 2017, Factoryy refabrique à neuf et à l’identique des pièces détachées introuvables sur le marché. "Au bout de dix à quinze ans, les fournisseurs disent à leurs clients qu’ils ne peuvent plus fournir de pièces détachées. Donc il devient très difficile d’entretenir du matériel au-delà de quinze ans", explique Sylvain Claudel, le dirigeant fondateur de Factoryy. Grâce à son bureau d’études, l’entreprise strasbourgeoise scanne les pièces en 3D, les redessine, établit les plans et relance la production de ces pièces grâce à son réseau de partenaires, implantés en France et en grande majorité dans le Grand Est. Factoryy fait appel à une cinquantaine d’entreprises, spécialisées chacune dans un domaine : injection, thermoformage plastique, usinage et découpe métallique, pliage, fonderie, etc. Si bien qu’elle peut produire tout type de pièce dans une multitude de matières : plastique, métal, fonte, élastomère (pour des pièces de joint par exemple), etc.

Ses clients sont des grands donneurs d’ordre dans l’industrie lourde, l’énergie, les transports… en France. L’entreprise commence aussi à être sollicitée dans le domaine pétrolier et minier sur le continent africain. Pour chaque commande, Factorry produit en moyenne entre 10 et 100 pièces, mais l’entreprise peut aussi fabriquer à l’unité. Elle garantit un délai de livraison entre quatre et six semaines. Pour des commandes urgentes ou pour des pièces en plastique non critiques, elle a recours à l’impression 3D. Par le biais de cette technologie, les pièces sont disponibles en quatre à cinq jours.

Moins de coûts directs et indirects

Les clients sont satisfaits car ils réalisent des économies sur plusieurs plans. Ils s’épargnent l’achat d’une nouvelle machine, d’un arrêt de chaîne de production, et la formation des salariés à l’utilisation d’une nouvelle machine. La démarche est aussi intéressante d’un point de vue environnemental : les vieilles machines ne sont pas envoyées au rebut et on économise des matières premières en produisant moins d’équipements neufs. De plus, comme l’ensemble des pièces détachées est produit en France, l’empreinte carbone reste faible. Autant d’arguments qui peuvent être mis en avant dans une politique RSE.

"En changeant seulement quelques pièces d’usure, nous pouvons rallonger la durée de vie des machines de 10 à 20 ans", assure Sylvain Claudel. Les industriels l’ont bien compris car la demande est là. Après un fort ralentissement lié à la crise sanitaire, l’activité de Factoryy est repartie à la hausse. En 2022, l’entreprise, qui emploie deux salariés, devrait réaliser un chiffre d’affaires compris entre 150 000 et 200 000 euros.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition