Grand Est

E-commerce

Tribune E-commerce, un business en ligne avec son époque

Par Véronique Plat, directeur du marché des Professionnels, Agriculture, Viticulture et Associations de Proximité, Caisse d'Épargne Grand Est Europe, le 11 mai 2021

En 2020, les habitudes d’achats des Français ont été bouleversées par les deux confinements et par les fermetures administratives des commerces. L’e-commerce s’est fortement développé pour s’imposer comme une solution désormais incontournable. À condition de faire les bons choix.

Véronique Plat, directeur du marché des Professionnels, Agriculture, Viticulture et Associations de Proximité de la Caisse d’Épargne Grand Est Europe.
Véronique Plat, directeur du marché des Professionnels, Agriculture, Viticulture et Associations de Proximité de la Caisse d’Épargne Grand Est Europe. — Photo : Caisse d'Epargne

Selon un bilan dressé par la Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance (Fevad), l’e-commerce a atteint en 2020 13,4 % du commerce de détail en France, la vente à distance ayant joué un rôle d’amortisseur économique pour nombre de commerces fermés. Elle a permis à ces acteurs de maintenir, voire de développer, leur activité en déployant un nouveau canal de distribution.

Certains se sont lancés dans cette nouvelle aventure sans y être totalement préparés, en se contentant d’adapter, parfois de façon artisanale, leurs sites existants. Ainsi, 17 400 nouveaux sites d’e-commerce ont vu le jour en 2020, selon la Fevad, mais de qualité inégale. Au total les ventes en ligne ont progressé de 8,5 % à 112 milliards d’euros, avec de très fortes disparités entre les secteurs d’activité. Si les ventes de produits ont explosé (+32 % en moyenne, +53 % pour les sites e-commerce d’enseignes), celles des services en ligne ont au contraire diminué de 10 % (-47 % pour le seul secteur du tourisme).

Si la nécessité pour un commerçant de se lancer dans le commerce en ligne ne fait donc plus aucun doute, reste à bien préparer ce virage numérique en définissant ses besoins, ses attentes et les compétences qui peuvent être mises à disposition de ce nouveau canal de distribution.

La solution retenue pourra prendre la forme d’un site marchand, d’un dispositif de click and collect ou d’un drive avec la mise en place d’une capacité de vente à distance parfaitement sécurisée. La solution retenue devra permettre d’encaisser des paiements par carte bancaire, éventuellement de générer des devis ou des factures, avec obligation de se rapprocher de son banquier pour sa mise en place.

Le nouveau e-commerçant devra également veiller à ce que sa boutique en ligne soit accessible depuis les mobiles, tablettes et ordinateurs, qu’elle soit bien référencée, et évolutive afin de répondre aux modes de consommation en constant développement. Pour cela mieux vaut donc bien choisir son prestataire.

Côté financement et afin d’accompagner la mutation numérique des commerces fermés administrativement et des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration, le gouvernement met en place un chèque numérique de 500 euros. Un coup de pouce intéressant pour sauter le pas de l’e-commerce, complété dans la Région Grand Est par des financements spécifiques de la transition numérique des entreprises, disponibles selon certains critères. Renseignez-vous !

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail