Haut-Rhin

Chimie

DSM Nutritional Products va produire plus pour le secteur de la nutrition

Par Charlotte Stiévenard, le 20 mai 2022

Le site haut-rhinois de DSM Nutritional Products investit 50 millions d’euros dans une nouvelle station d’épuration, puis 50 autres millions dans un nouvel atelier de formulation pour la nutrition humaine. L’entreprise veut augmenter ses capacités de production dans ce secteur pour répondre à la croissance du marché.

Pierre-Yves Hardy dirige le site de production de DSM Nutritional Products à Village-Neuf.
Pierre-Yves Hardy dirige le site de production de DSM Nutritional Products à Village-Neuf. — Photo : DSM

DSM Nutritional Products France (CA 2020 : 351 M€, 650 collaborateurs) va investir plus de 100 millions d’euros d’ici à 2025 sur son site de Village-Neuf, dans le Haut-Rhin. La filiale du néerlandais DSM - Dutch state mines (CA 2021 : 9,2 Md€, 23 000 collaborateurs) y produit des vitamines et des pigments utilisés pour la nutrition humaine et animale.

La moitié de l’investissement est destinée à l’agrandissement de la station d’épuration du site. Elle sera dotée, d’ici fin 2022, de plusieurs nouveaux équipements : un bassin de traitement, un décanteur, un bassin d’avarie et un système de traitement des évents (odeurs) de la station d’épuration. Les travaux ont été lancés à l’été 2021. "Nous utilisons 100 % de la capacité de la station actuelle. Nous voulons la multiplier quasiment par deux", révèle Pierre-Yves Hardy, directeur du site et président de l’entité DSM Nutritional Products France SAS.

Une seconde salve d’investissement à partir de 2023

Une seconde salve de 50 millions d’euros sera investie dans un nouvel atelier de formulation, c’est-à-dire la transformation des produits en poudre, destinée à la nutrition humaine. Il permettra de fabriquer des vitamines et des pigments utilisés, par exemple, dans des produits pour réduire l’obésité ou dans des laits pour bébés. Cet atelier s’accompagnera d’une quinzaine de recrutements et viendra compléter les six ateliers existants, dont deux pour l’alimentation humaine, deux pour l’alimentation animale et un plus petit pour le pharmaceutique. Ils comptent ensemble 150 collaborateurs.

Cette seconde phase du projet en est encore à l’étape des études de faisabilité. L’investissement doit permettre de doubler la capacité de production pour la nutrition humaine qui s’élève à "plusieurs dizaines de milliers de tonnes par an", selon le directeur du site. "Le marché de la nutrition est en constante croissance depuis des années, liée notamment au développement des pays émergents, au vieillissement de la population ou à la demande croissante pour la nutrition santé personnalisée", justifie Pierre-Yves Hardy. Dans un objectif d’accroissement de la flexibilité et de contrôle des opérations, le groupe DSM souhaite ainsi consolider des productions qui étaient, jusqu’alors, effectuées par des sous-traitants européens. Si tout se déroule comme prévu, les travaux devraient débuter mi-2023 pour une mise en service en fin d’année 2025.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition