Grand Est

Accompagnement

Coronavirus : plus de 8 000 entreprises en activité partielle dans le Grand Est

Par Charlotte Stievenard, le 27 mars 2020

Dans la région Grand Est, particulièrement impactée par l'épidémie de coronavirus Covid-19, la préfecture du Grand Est, la Drfip, la Direccte et l'Urssaf Lorraine ont détaillé ont détaillé le recours des entreprises aux mécanismes de soutien nationaux, insistant sur l'importance du recours à l'activité partielle.

Josiane Chevalier, préfète de la région Grand Est
Josiane Chevalier, préfète de la région Grand Est et du Bas-Rhin, a présenté les mesures gouvernementales destinées aux entreprises lors d'une conférence de presse le 27 mars. — Photo : © DR

A la date du 26 mars, 8 391 entreprises ont déposé une demande d'activité partielle dans le Grand Est. « Ce qui représente 130 000 personnes au chômage partiel, soit 6,7 % des salariés du Grand Est », a détaillé Isabelle Notter, directrice de la Direccte Grand Est, lors d'une conférence de presse le 27 mars sur les initiatives du gouvernement en matière de soutien aux entreprises. Si elle a reconnu des « difficultés de connexion » pour les entreprises souhaitant bénéficier de ce dispositif, elle a précisé que les entreprises avaient « 30 jours pour faire leur déclaration à compter du jour où les salariés ont été placés en activité partielle. » Pour Josiane Chevalier, la préfète de la Région Grand Est et du Bas-Rhin, « il faut faire en sorte que l’on puisse garder les compétences dans les entreprises grâce au recours à l’activité partielle ».

Un recours massif au report des charges chez les petites entreprises

Concernant le report des charges et des cotisations, « le dispositif a été utilisé massivement », a expliqué Christophe Franceschi, directeur de l'Urssaf Lorraine, également présent. La dernière échéance de paiement pour les entreprises de moins de 50 salariés était le 15 mars 2020. Sur les 100 000 entreprises du Grand Est, 38 000 ont eu recours à ce dispositif. Selon Christophe Franceschi, « cela représente une somme d'environ 385 millions d'euros sur les 620 millions d'euros habituellement récoltés. Environ 235 millions d'euros ont donc été, en quelque sorte, réinjectés dans l'économie de la région. »

Françoise Coulongeat, la directrice régionale des finances publiques (DRFIP), a rappelé que les premières demandes pour bénéficier d'une aide du Fonds de solidarité créé par le gouvernement pourront être déposées à partir du 1er avril 2020. La Région Grand Est participe à hauteur de 17 millions d'euros à ce fonds d'un milliard d'euros, financé à hauteur de 250 millions d'euros par les conseils régionaux et destiné aux TPE.

Un dispositif « renaissance » en préparation

Les entreprises qui souhaitent avoir plus de renseignements pourront désormais s'adresser à leurs chambres consulaires, que ce soit les CCI ou les chambres de métiers, et non plus uniquement à la Direccte comme c'était le cas au départ avec un guichet unique. Dans chaque département du Grand Est, une cellule de crise a été mise en place à la préfecture pour dialoguer avec les entreprises.

La préfète du Grand Est a indiqué travailler avec le Conseil Régional Grand Est à un dispositif « renaissance » pour préparer la stratégie économique post-coronavirus. Une réunion était prévue à ce sujet le 27 mars.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail