Grand Est

Investissement

Capital Grand Est prêt à entrer au capital  de nouvelles start-up régionales

Par Lucie Dupin, le 07 octobre 2021

Capital Grand Est, société de capital investissement, accompagne les entreprises situées dans les régions Bourgogne Franche-Comté et Grand Est. Celle-ci entame sa phase d'investissement dans les start-up régionales avec son deuxième fonds d'amorçage qui doit atteindre les 40 millions d'euros.

De gauche à droite : Jean-François Rax, directeur des opérations, Florence Cirilli, directrice générale, et François Lory, président de Capital Grand Est.
De gauche à droite : Jean-François Rax, directeur des opérations, Florence Cirilli, directrice générale, et François Lory, président de Capital Grand Est. — Photo : Lucie Dupin

La société de capital-investissement, Capital Grand Est, est prête à investir dans les start-up des régions Bourgogne Franche-Comté et Grand Est avec Cap Innov’Est 2, son fonds doté de 30 millions d’euros "qui a vocation à atteindre les 40 millions d’euros à court terme", projette François Lory, président de Capital Grand Est. Durant la phase d’investissement de cinq ans, Capital Grand Est souhaite investir dans dix à 15 entreprises innovantes. L’équipe de dix salariés basée à Schiltigheim (Bas-Rhin) travaille avec des sociétés de transfert de technologie, des incubateurs et des accélérateurs pour sourcer les projets prometteurs. Au-delà des compétences financières, Capital Grand Est compte dans ses rangs deux scientifiques et recrute actuellement un profil spécialiste des technologies de l’information pour éprouver les concepts scientifiques des start-up candidates à des fonds d’amorçage, de plus en plus tournées vers la transition énergétique.

Un ticket maximum de trois millions d’euros

Le précédent fonds Cap Innov’Est, ouvert entre 2014 et 2019, était doté de 45 millions d’euros et a permis d’accompagner 26 entreprises dont, en Alsace, Defymed, Fizimed ou encore ChargeMap. Parmi elles, quatre ont été cédées, quatre ont déposé le bilan et 18 comptent encore la société régionale de gestion à leur capital. "Il existe peu de fonds d’amorçage en France et nous sommes les seuls dans le Grand Est. Le rôle régional est très important pour que les sociétés innovantes aient une visibilité dans l’écosystème local. Sinon, tout le monde partirait à Paris", souligne Jean-François Rax, directeur de participations chez Capital Grand Est.
Pour investir dans les start-up régionales, Capital Grand Est doit être le premier investisseur et la jeune pousse doit avoir été fondée il y a moins de huit ans et réaliser un chiffre d’affaires inférieur à 500 000 euros. Le ticket minimum d’investissement est de 500 000 euros, puis "Capital Grand Est a la possibilité de réinvestir pour un montant total maximum de trois millions d’euros", souligne Jean-François Rax.

Effet levier

Le cas de figure peut se présenter lorsque Capital Grand Est vise l’entrée d’autres fonds spécialisés au capital des start-up. "Reprendre part au tour de table est une marque de notre confiance dans le projet et un signal positif pour le nouvel investisseur", justifie Jean-François Rax qui constate "qu’un euro apporté par Capital Grand Est en génère deux ailleurs. Les sociétés en amorçage bénéficient d’un effet levier et sont plus facilement accompagnées par Bpifrance ou des banques privées par la suite car dans le segment du risque, il y a peu d’argent privé".
La directrice générale de Capital Grand Est, Florence Cirilli, prépare déjà "le lancement d’un premier investissement à l’automne dans le cadre du fonds Cap Innov’Est 2". Si cette opération reste encore confidentielle, Capital Grand Est envisage d’en réaliser trois à quatre par an.
La société de gestion de fonds a accueilli de nouveaux actionnaires au printemps dernier, le groupe Camacte (3 %), la Caisse d’Épargne Grand Est Europe (8 %) et la Région Grand (24 %) aux côtés des actionnaires historiques : les salariés et dirigeants (24 %) et le Crédit Mutuel Alliance Fédérale (41 %). Capital Grand Est est également gestionnaire du fonds Croissance 2, doté de 42 millions d’euros pour investir dans les projets de développement des PME régionales. Depuis 2012, Capital Grand Est a accompagné une soixantaine d’entreprises avec 180 millions d’euros de fonds.

De gauche à droite : Jean-François Rax, directeur des opérations, Florence Cirilli, directrice générale, et François Lory, président de Capital Grand Est.
De gauche à droite : Jean-François Rax, directeur des opérations, Florence Cirilli, directrice générale, et François Lory, président de Capital Grand Est. — Photo : Lucie Dupin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail