Grand Est

Santé

Témoignage Burn-out : « Le dirigeant a du mal à accepter ce qu’il considère comme une défaite »

Par Adelise Foucault, le 11 mars 2019

Pour Françoise Siegel, médecin coordinateur d’Alsace Santé au Travail, le premier enjeu avec le burn-out des dirigeants d’entreprise, c’est de pouvoir repérer les patients.

Françoise Siegel, médecin coordinateur d’Alsace Santé au Travail
Pour Françoise Siegel, médecin coordinateur d’Alsace Santé au Travail, le premier enjeu avec le burn-out des dirigeants d’entreprise, c’est de pouvoir repérer les patients. — Photo : @photosrebnicki.com

Il n'est jamais simple d'accepter sa vulnérabilité. Pour Françoise Siegel, médecin coordinateur d’Alsace Santé au Travail et référente en matière de risques psychosociaux, le premier enjeu avec le burn-out des dirigeants d’entreprise, c’est de pouvoir repérer les patients. « Notre problématique, c’est de pouvoir rencontrer les personnes qui sont en train de glisser, que l’on identifie avec l’aide de l’entourage professionnel. De réussir à amener les employeurs à exprimer leur souffrance et à sortir de leur isolement ».

Attirer un salarié, c’est déjà compliqué. Attirer un dirigeant, c’est pire, indique la médecin : « Ils ont encore plus de mal à accepter ce qu’ils considèrent comme une défaite. Surtout dans les entreprises de petites tailles, où aux soucis de trésorerie, aux préoccupations de gestion, s’ajoute l’émotionnel, le sentiment de responsabilité vis-à-vis des salariés, mais aussi la menace de perdre son patrimoine, sa maison, son couple… Il y a encore hélas peu de structures neutres, confidentielles et pluridisciplinaires pour les prendre en charge. »

Des outils de diagnostic inadaptés

Autre problématique, pour Françoise Siegel : « Les outils dont nous disposons ne sont pas adaptés à la cible des dirigeants. Je pense notamment au questionnaire d’évaluation du stress au travail Karasek, qui me semble obsolète. Il y a déjà beaucoup de littérature sur le burn-out des salariés, mais très peu sur celui des dirigeants. Les seules données dont on dispose ? Le nombre de suicides, à partir d’un document de l’Inserm de 2014… De plus, traditionnellement, le médecin du travail se pose du côté du salarié, contre le dirigeant. »

Depuis 2007, Alsace Santé au Travail travaille sur un programme portant sur les risques psycho-sociaux des dirigeants. En parallèle, certaines fédérations professionnelles commencent à mettre des actions en place. Mais les personnes concernées par un burn-out n’arrivent pas à faire leur « outing » pour ne pas être exposées vis-à-vis de leurs pairs, de leurs concurrents et de leurs partenaires.

Françoise Siegel, médecin coordinateur d’Alsace Santé au Travail
Pour Françoise Siegel, médecin coordinateur d’Alsace Santé au Travail, le premier enjeu avec le burn-out des dirigeants d’entreprise, c’est de pouvoir repérer les patients. — Photo : @photosrebnicki.com

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.