Bas-Rhin

Distribution

Baguette Box en redressement judiciaire

Par Charlotte Stiévenard, le 12 juillet 2022

Le tribunal de Saverne a placé la "foodtech" Baguette Box en redressement judiciaire. Spécialisée dans les livraisons à domicile de pain et de viennoiseries, la start-up bas-rhinoise attend désormais la prochaine audience fixée au 9 août 2022.

En janvier 2020, Maurice Heitz (à gauche), président de Baguette Box, s'était vu remettre un trophée de l'innovation par Grand E-nov Est, l'agence d'innovation du Grand Est.
En janvier 2020, Maurice Heitz (à gauche), président de Baguette Box, s'était vu remettre un trophée de l'innovation par Grand E-nov Est, l'agence d'innovation du Grand Est. — Photo : Baguette Box

L’activité de Baguette Box est suspendue depuis lundi 11 juillet 2022. La start-up de Wasselonne dans le Bas-Rhin a été placée en redressement judiciaire par le tribunal administratif de Saverne le mardi 5 juillet 2022. Fondée en 2019, elle est spécialisée dans la livraison de pain et de viennoiseries à domicile, particulièrement dans les zones périurbaines et rurales. Effectuées tôt le matin, ces livraisons sont conservées au chaud dans des boîtes à pain installées au domicile des clients.

"Comme beaucoup de start-up, nous ne sommes pas encore rentables. Nous avons eu des difficultés de trésorerie, dévoile le président Maurice Heitz. Nous étions en train de réfléchir à un pivot du modèle économique, mais nous avons manqué de temps et d’argent". Alors que la prochaine audience a été fixée en 9 août 2022, "il n’y a pas de candidat repreneur pour l’instant", indique Nathalie Guyomard, l’administratrice judiciaire.

La start-up avait été incubée d’abord par l’incubateur régional Semia, puis intégrée à la deuxième promotion de l’accélérateur Scal-E-Nov en 2020. Elle compte aujourd’hui 15 collaborateurs au siège et 55 livreurs en CDI à temps partiel pour un chiffre d’affaires 2021 de trois millions d’euros, après avoir passé la barre du million d’euros en 2020. Elle livre 9 000 clients dans 400 villages du Bas-Rhin, entre Haguenau et Obernai. Au printemps, les premières franchises de son réseau en construction commençaient à pousser dans le Haut-Rhin et en Touraine.

La start-up voulait étendre son réseau

Surtout, la "foodtech" voulait lever "plusieurs millions d’euros d’ici la fin de l’été", indiquait le président dans Le Journal des Entreprises. Pour cela, elle avait été la première société à se lancer sur "Europe", la néobourse régionale du Grand Est avec pour objectif d’y récolter 150 000 à 500 000 euros. Elle souhaitait ensuite compléter sa levée de fonds via d’autres opérations de private equity en parallèle afin d’étendre son réseau à toute la France. "Nous avons abandonné notre entrée en Bourse et remboursé les investisseurs afin de ne pas engager les deniers de ceux qui nous soutiennent", précise le dirigeant qui travaille donc sur un nouveau modèle économique et la réouverture de son service.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition