Pays de la Loire

JDE Edition

Le Puy du Fou ouvre une école primaire pour détecter de nouveaux talents

ajouté le 13 mars 2015 à 17h50 - Mots clés : Services , parc de loisirs , attraction , Puy du Fou , Vendée , école primaire , académie , formation , investissement

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Ajoutez cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Le Puy du Fou ouvre une école primaire pour détecter de nouveaux talents

A la rentrée 2015, le Puy du Fou lancera sa propre école primaire, associant enseignement traditionnel et formation artistique, sur le modèle des sections sport-étude. Objectif : favoriser l’éclosion des talents de demain.

« C’est probablement une première en Europe. D'un côté, on s’est inspiré des cirques de Moscou et de Pékin pour l’enseignement artistique, de l'autre du modèle anglo-saxon pour la partie scolaire, afin de créer notre propre école primaire», annonce Nicolas de Villiers, président du Grand Parc du Puy du Fou. 

Cette école arts-études, conçue sur le modèle des cursus sports-études, combinera scolarité classique et initiation aux arts et techniques des spectacles vivants.

A partir de septembre 2015, la «Puy du Fou Académie» ira de la maternelle au CE2. Et accueillera une cinquantaine d’élèves. Puis les niveaux CM1 et CM2 viendront s’ajouter dans les années à venir. « Il est même probable que le parc enchaîne sur l'ouverture de classes de 6e et au-delà par la suite », glisse Nicolas de Villiers.


Favoriser l’éclosion de nouveaux talents pour le parc
Un pari sur l’avenir destiné à « favoriser l’éclosion des talents de demain ». Objectif : les rendre aptes à « relever les défis artistiques du Puy du Fou dans les décennies à venir », précise le parc dans un communiqué.

Il s’agit, en fait, d’un prolongement de son académie junior, créée en 1998. Accueillant des jeunes sur leurs temps de loisirs, elle forme les futurs cadres, artistes et techniciens du site touristique. Pès de 600 jeunes Puyfolais bénéficient ainsi aujourd'hui de 24 formations dans une myriade de domaines : costume, théâtre, danse, dessin, enluminure, décors et accessoires, équitation, voltige équestre, photographie, vidéo, technique du spectacle, animalerie, flamenco etc., etc.

Le Puy du Fou en plein boom
Il faut dire que le parc du bocage est devenu une grosse machine. Les effectifs ont bondi avec aujourd'hui 150 CDI, 1.300 saisonniers (670 salariés en équivalent temps plein sur l’année), 3400 bénévoles… Grand Parc, Cinéscénie (les spectacles du soir) et Puy du Fou International (création de parcs et spectacles à l’étranger) ont représenté 73,8 millions d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier. L’ensemble avance au rythme d’une croissance à deux chiffres.

La fréquentation (1,9 million de visiteurs) a encore été battu en 2014, comme en 2013, plaçant le Puy du Fou au rang de deuxième parc français derrière Eurodisney.


Gymnastique, théâtre, musique…
Sur une semaine de quatre jours, les enfants suivront leurs leçons de 8h30 à midi et de 13h30 à 17h00. Au menu  : du français, des mathématiques, de l’histoire-géographie, une initiation à l’anglais... Plus une à deux heures de formation artistique quotidienne. Dès la maternelle, les écoliers suivront des ateliers de théâtre et de gymnastique. Un « tronc commun», avant de se spécialiser sur d’autres disciplines en grandissant : chant, musique, danse...


Située à la périphérie du parc, l’école sera à la fois au calme et toute proche des infrastructures du Puy du Fou et de l’Académie Junior, avec qui elle partagera ses salles d'exercice et ses formateurs professionnels.

Pas question pour autant de minimiser l'éducation classique pour autant. Les porteurs du projet veulent même en faire une école d'excellence. « On table sur de petits effectifs de 10 à 15 élèves grand maximum par classe pour un enseignement personnalisé » indique le directeur de la future école, François Durand.
Ancien directeur adjoint du collège Saint-Gabriel à Saint-Laurent-sur-Sèvre, et doté de 30 ans d'expérience, il encadrera quatre professeurs issus de l'éducation nationale et deux assistantes maternelles. 

« Une école ouverte à tous et aconfessionnelle »
Bien que située « hors parcours » académique, le formation se fera « en conformité avec les programmes de l’éducation nationale, assure Nicolas de Villiers.  Nous sommes allés voir la directrice de l’Académie qui nous a orientés vers cette formule, au vu de notre projet. Mais l'on garantit que tout enfant aura les bases scolaires pour entrer dans le secondaire.» L'école se veut «aconfessionnelle, mixte et ouverte à tous».

Un million d’euro investi
Question frais de scolarité, la facture s'élève à 90 euros par mois (plus 30 euros de frais d’inscription et 170 euros pour l'achat des tenues de travail). A noter la possibilité d'obtenir des bourses, attribuées par le parc pour les familles les plus modestes. Des grilles tarifaires en deçà du coût réel de l’éducation du primaire. « Il faut compter en moyenne 1.500 euros par enfant et par an dans l’éducation nationale, publique ou privée», indique Nicolas de Villiers.


Après avoir investi un million d’euro pour lancer son école, le parc investira donc encore plusieurs centaines de milliers d’euors tous les ans pour compenser la différence. Les inscriptions sont ouvertes.

Florent Godard

JDE | Édition | 13 mars 2015

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012