Bretagne

JDE Edition

Rennes. La clinique Saint-Grégoire opère avec les Google Glass

ajouté le 19 février 2014 à 13h45  -  - Mots clés : AMA Studios , Guillemot Corporation , Ubisoft , Jean-François Denis , Marie-Anne Denis , Google Glass , CHP Saint-Grégoire , Vivalto Santé , opération , Japon , Philippe Collin , chirurgie , application

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Pendant 1h30, le docteur Philippe Collin a opéré son patient, pour lui poser des prothèses inversées au niveau de l'épaule.

Première mondiale à Rennes : un chirurgien a effectué une opération, équipé de Google Glass, afin de transmettre en direct ses gestes à une équipe de médecins au Japon. Les Google Glass sont en effet des lunettes pesant seulement 41 grammes et permettant de voir en réalité augmentée. Elles sont équipées d'un micro ordinateur sur la branche, avec pavé tactile, mais aussi d'une caméra, d'un micro, d'une connexion Wifi.

Pendant 1h30, le docteur Philippe Collin a opéré son patient, pour lui poser des prothèses inversées au niveau de l'épaule. Grâce à la coopération de l'équipe informatique du Centre hospitalier Saint-Grégoire (groupe Vivalto Santé), de la société Eliga (start-up rennaise développant des technologies multi-écrans) et du support technique assuré par l'entreprise rennaise AMA Studios (société soeur d'Ubisoft, Guillemot Corporation), le médecin a ainsi pu former, en direct, ses homologues japonais.

« Nous avons prêté les Google Glass au docteur Collin, explique Marie-Anne Denis, responsable marketing d'AMA. Le docteur Collin, lui, a filmé son opération, en l'expliquant à ses correspondants à l'autre bout du monde en direct ». Grâce à cette première, le médecin peut gagner en temps et faire des économies en transport, puisqu'il n'a plus besoin de se rendre au Japon pour partager son expérience ! 

« Nous n'avons pas développé d'application, précise Marie-Anne Denis, mais travaillons à améliorer certaines choses, comme par exemple la possibilité de zoomer, de stocker le dossier des patients pour pouvoir consulter des radios par exemple, via les Google Glass pendant l'opération. Il faut aussi encore améliorer le flux vidéo ». Au jourd'hui, les développeur d'AMA Studios consacrent 45% de leur temps à créer des projets pour les objets connectés : lunettes, mais aussi montres, bracelets, tout type de vêtement, etc. 

Depuis huit mois, et surtout depuis son entrée dans le « Glass Explorer Program » et l'obtention du titre de Top Developer sur le Play Store de Google en 2012, AMA fait partie des rares entreprises françaises (environ trois sur une quarantaine) à avoir ce label, qui lui donne une longueur d'avance sur les développements sur Google Glass. 

Créée en 2004, l'entreprise a acheté six paires de Google Glass (à 1.500 euros HT la paire) pour mettre au point différents programmes. Si, au départ, AMA est avant tout développeur et éditeur international de jeux et d'applications spécialisé dans le contenu mobile, l'entreprise (70 salariés dont 9 à Rennes, 2 à Londres, un à San Diego et le reste à Bucarest) veut aujourd'hui « se développer sur les objets connectés, en ne faisant pas seulement des applications, mais aussi des jeux, précise Jean-François Denis, le directeur général d'AMA. 

L'entreprise a également mis au point, pour le Crédit Mutuel Arkéa, une application de visualisation des comptes, de l'agence la plus proche. « Pour être prêt le jour J, quand Google décidera de lancer officiellement ses Google Glass au public français! », indique Marie-Anne Denis. Rennes Métropole également veut se mettre dans le coup. L'agglomération a signé avec AMA un contrat de développement d'une application pour l'ouverture du Couvent des Jacobins comme centre de congrès. 

« Il y aura une appli au niveau des conférenciers, pour interagir avec le public, mais aussi une appli pour le visiteur », précise Marie-Anne Denis. AMA a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 5,5 millions d'euros (+10%), elle vise une « augmentation de plus de 100%, voire 300% en fonction du marché et des projets développés, annonce Jean-François Denis Nous sommes sur une création de marché, donc les facteurs de croissance sont très élevés ». Pour faire face à son développement, AMA doit d'ailleurs déménager pour des locaux plus grands à Rennes d'ici à mi-mars.

Virginie Monvoisin

JDE | Édition | 19 février 2014

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Fomation et RH - Octobre 2014


Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2013

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301