Bretagne

JDE Edition

Bretagne. GwenneG veut se lancer dans l'immobilier participatif et l'international

ajouté le 16 juin 2017 à 22h24 - Mots clés : GwenneG , Bretagne , crowdfunding

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Ajoutez cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Au centre, Jean-Christophe Piot a signé le partenariat avec GwenneG en tant que président du comité breton des conseillers du commerce extérieur.

Pour ses deux ans, la plateforme de crowdfunding GwenneG souhaite lancer deux nouveaux instruments financiers : le prêt en obligations non convertibles et le financement participatif de projets immobiliers. Son fondateur a également signé un partenariat officiel avec le comité régional des conseillers du commerce extérieur, en vue d'internationaliser les projets soutenus.

En deux ans, GwenneG a réussi à fédérer plus de 170 actionnaires qui ont à cœur de soutenir l'entrepreneuriat et le développement économique de leur territoire breton. Deux années mises à profit pour financer 66 projets sélectionnés pour un total d'1,4 million d'euros collectés, permettant la création ou le maintien de 316 emplois localement. La plateforme elle-même, via sa société porteuse Breizh Funding, vient de réaliser sa troisième augmentation de capital, passant de 116.000 à 312.464 euros car elle a aussi besoin de carburant pour ses projets de développement. Karim Essemiani, son fondateur, n'en manque pas.

De nouveaux leviers en vue

A ses trois leviers historiques (dons, prêts, capitaux), GwenneG veut ajouter deux nouveaux instruments financiers sous réserve de validation réglementaire : le prêt en obligations non convertibles et le financement participatif de projets de promotion immobilière, à raison de cinq par an pour le premier outil et dix pour le second. "L'intérêt est de pouvoir financer des entreprises de taille plus conséquente avec un ticket moyen de 350.000 euros contre 100.000 euros sur du prêt classique. Et les personnes morales (holdings, sociétés, fonds) peuvent prêter aussi", explique Karim Essemiani qui doit encore passer par la validation de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

G.B.

JDE | Édition | 16 juin 2017

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012