Aquitaine

JDE Edition

Marc Halevy. « L’entreprise de demain sera de petite taille et à forte valeur ajoutée »

ajouté le 26 avril 2013 à 14h10

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Ajoutez cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Le philosophe et physicien Marc Halevy est le grand témoin de la conférence-débat organisée par le Centre des jeunes dirigeants de Bordeaux Gironde ce vendredi 26 avril.

Le philosophe et physicien Marc Halevy est le grand témoin de la conférence-débat organisée par le Centre des jeunes dirigeants de Bordeaux Gironde ce vendredi 26 avril. Cette conférence a lieu à 18 heures au cinéma le Français à Bordeaux. Son thème : 2013, tout à inventer de la rupture à la mutation.

Vous annoncez une année 2013 très difficile, pourquoi ? 
Nous sommes au croisement de deux logiques économiques. Nous sortons d’une économie de masse, de puissance, de taille, de prix pour aller vers une économie de la proximité, du néo-artisanat, une société où l’entreprise vivra de sa valeur d’usage. Il s’agira d’une entreprise de petite taille qui vise à la satisfaction des besoins du client proche d’elle. Nous allons vers une relocalisation des activités économiques et sociales. 

Qu’est-ce qui vous fait prédire l'effondrement imminent du système et de la société actuelle ?
L’économie américaine est à l’aube d’une dégradation, une bulle financière se forme qui va bientôt rendre la situation intenable. En 2008, c’était déjà le cas mais les Etats étaient venus sauver le système. Aujourd’hui, la dette souveraine est trop importante, ils ne pourront pas intervenir. 

Vous êtes pessimiste pour l’avenir donc ?
Pas du tout. Tout est à inventer dans ce nouveau modèle, c’est une occasion qu’on n'a pas souvent de pouvoir réinventer un monde ! 

Quelle est cette société à réinventer ?
Je pense que ce nouveau paradigme ne sera pas en place avant 2050 et que d’ici là, nous connaîtrons d’énormes turbulences, au moins jusqu’en 2025. Dans cette nouvelle société ce sera la fin des Etats nationaux. Il n’y aura plus que deux niveaux : le local - ou disons plutôt le terroir - et le continent. Il faudra s’adapter à la limitation des ressources naturelles. Dans ce monde, l’entreprise sera de petite taille, à haut degré de valeur ajoutée. Elle fonctionnera dans une économie de proximité et en réseau avec les autres. Ce sera la fin de l’américanisation, d’une vision financière et industrielle - au sens volumique - de la société. Les patrons de PME en sont déjà convaincus. Les grosses entreprises, elles, ne veulent pas le voir. Quand on est un dinosaure on ne veut pas voir sa fin !
 
> http://www.noetique.eu/marchalevy

Propos recueillis par Orianne Esvan

JDE | Édition | 26 avril 2013

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012