Aquitaine

JDE Edition

Bordeaux. Comment Anabase permet aux jeunes commerçants de tester leur projet

ajouté le 5 juillet 2017 à 13h20 - Mots clés : Comptoir Saint-Rémi

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Ajoutez cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
De gauche à droite: Sylvain Lepainteur, P-dg de la Conciergerie solidaire; Pascal Descmobis et Laetitia Ferrand-Viu, président et directrice de la couveuse d'entrepreneurs Anabase.

Le Comptoir Saint-Rémi, dans le centre-ville de Bordeaux, permet à trois commerçants qui se lancent de disposer d’un local pour tester leur projet. Ce lieu animé par la Conciergerie solidaire fait également office de bureau de poste et de recyclerie.

L’adresse est prisée. Au 24 rue Saint-Rémi, au cœur de Bordeaux, dans une rue passante où sont installés de nombreux commerce, un espace pas comme les autres vient d’ouvrir ses portes : Le comptoir Saint-Remi. Les clients qui franchissent les portes sont souvent interloqués de voir, dans un même lieu, de la vente de sacs à main, un espace recyclerie, un point relais de La Poste… Trois commerçants accompagnés par la couveuse d’entreprise Anabase proposent leurs produits à la vente. « Nous donnons la possibilité à trois jeunes entrepreneurs de tester leur activité, explique Pascal Descombis, président d’Anabase. Pendant 6 mois, ils peuvent profiter d’un espace de vente pour trouver leur clientèle, gérer leur commerce, apprendre à vendre, déterminer l’impact commercial de leur produit… Si le succès est au rendez-vous, ces apprentis commerçants pourront ensuite plus facilement se présenter devant un banquier et négocier un bail commercial ».

Trois commerçants accompagnés

Anabase propose de l’hébergement juridique en « prêtant » son numéro Siret, de la formation et de l’accompagnement individualisé, un espace de coworking… . Le Comptoir Saint-Rémi lui permet donc d’étendre ses services auprès des commerçants « couvés », en leur proposant de tester leur projet. « Nous sélectionnons les projets compatibles avec le lieu, qui a une thématique éco-responsable et locale, précise Laetitia Ferrand-Viu », directrice d’Anabase. Trois commerces proposent actuellement leur produits à la vente : Le Boudoir sonore (vente et numérisation de vinyls), Mage (savonnier) et Just Muriel (fabrication de sacs à partir de pellicule de cinéma).

Animation par la Conciergerie solidaire
L’animation du Comptoir Saint-Rémi est assurée par la Conciergerie solidaire. L’entreprise également présente à Bruges ou Darwin gère un espace recyclerie pour le compte de Veolia, ainsi qu’un « Point relai » pour La Poste (propriétaire des lieux). Bien évidemment, elle profite également de ce lieu pour proposer ses services. « Habituellement, nous proposons nos services sous forme d’abonnement, auprès de salariés (Thalès, Sanofi, La Poste… ndlr), utilisateurs d’un tiers-lieu (Darwin) ou habitants d’un quartier (Bruges Le Tasta). Ici, nous allons expérimenter une autre façon de faire, explique Sylvain Lepainteur, P-dg. Nos prestations de retouche, service à la personne, animation, repassage… seront facturées à l’acte et ouvertes à tout le monde. Si le concept fait ses preuves, pourquoi ne pas le dupliquer à tous les bureaux de poste qui se réinventent ? »

Yann Buanec

JDE | Édition | 5 juillet 2017

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012