National

[Le podcast] "C'est dans ma boîte" : un an au cœur d'une PME industrielle

ajouté le 16 mai 2017 à 17h16 - Mots clés : STIA , la radio des entreprises , PME , témoignage , dirigeant

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
William Wafo, dirigeant associé de STIA

Rémunération des salariés, innovation, organisation, campagne électorale... Pendant près d'un an, William Wafo, dirigeant associé de la PME industrielle nantaise STIA, s'est livré et a raconté son quotidien de chef d'entreprise au micro de la Radio des entreprises.

Pendant une saison sur la Radio des entreprises, l'émission "C'est dans ma boîte" vous a plongé dans le quotidien de William Wafo, un dirigeant nantais associé de la PME industrielle STIA. Il nous a ouvert ses portes et a partagé sans frein son quotidien de chef d'entreprise. Retour sur un an de feuilleton radiophonique.


Pour le premier épisode, William Wafo nous raconte comment un gros dossier qui débutait très mal l'été dernier avec un client important s'est finalement transformé en expérience bénéfique pour faire évoluer et revoir l'organisation de l'entreprise.




« Mes salariés recrutent et fixent la rémunération de leurs futurs collègues »
 
La PME nantaise a mis en place une organisation managériale originale. William Wafo a créé plusieurs clubs de travail, mais aussi un groupe "d'hommes-clés" qui échangent autour de nombreux sujets touchant à la vie de l'entreprise. Exemple ? Ces hommes-clés effectuent eux-mêmes les recrutements et vont même jusqu'à fixer le niveau de salaire des nouvelles recrues de STIA. Résultat ? Cette implication des collaborateurs débouchent sur une meilleure rentabilité de la PME industrielle. 



« Mon système de gratifications financières pour impliquer les salariés »
 
STIA a également mis en place un système de gratifications financières (primes de chantiers, primes à mi-exercice, intéressement, etc.) à l'attention de ses salariés pour les impliquer dans l'entreprise et optimiser ses marges. 

« On fait un métier de métallos, mais on innove grâce au numérique » 

Dans un secteur industriel extrêmement traditionnel, STIA parvient à faire de l'innovation un moteur. Elle a développé des applications commerciales et de suivi de projets à destination de ses clients. De véritables outils de différenciation, pour un coût raisonnable, raconte William Wafo. 



« En cette campagne électorale, donnez-nous de l’enthousiasme » 

Une fois n’est pas coutume, William Wafo n’aborde pas la stratégie de son entreprise. Dans cet épisode, il a choisi de parler de politique et d'entreprise. Il regrette que les politiques méconnaissent la réalité des PME. Et que les chefs d'entreprises ne prennent pas davantage la parole. 



« Je ne regarde pas que le compte de résultat pour gérer ma PME » 

Pour diriger la société STIA, William Wafo ne se focalise pas sur le compte de résultat. Pour lui, le chiffre d'affaires ou la marge de l'entreprise ne sont que la conséquence d'indicateurs souvent considérés comme secondaires.

 

Quand l’élaboration de mon budget me fait repousser mes limites 

Pour faire face à sa croissance, la société STIA va prochainement se doter de nouveaux locaux. Un investissement exceptionnel pour cette PME qui impacte forcément son budget. Malgré cela, l’entreprise veut continuer à fédérer ses équipes en partageant la valeur ajoutée produite. Comment dès lors réussir à garder de la rentabilité pour rémunérer ses collaborateurs, tout en menant un investissement exceptionnel. Une équation difficile !

Première partie de cet épisode :

Deuxième partie de cet épisode :

 

Simon Janvier (La Radio des entreprises)

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012