National

[Dossier pratique] Séminaire : comment motiver vos salariés ?

ajouté le 13 septembre 2017  - 

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Plus regardantes sur les dépenses, les entreprises conservent le séminaire.

Malgré la crise et les risques d'attentats, les entreprises continuent à organiser des séminaires. Et pour cause, à l'heure du digital, on n'a encore rien inventé de mieux que ces rencontres physiques pour remotiver les équipes. À condition de savoir organiser correctement l'événement !

En 2016, le marché des séminaires, congrès et conventions a généré 8 milliards d'euros de chiffre d'affaires en France, selon les estimations du cabinet Coach Omnium. Un chiffre en baisse de 1,6 % par rapport à l'année précédente.

Outil toujours indispensable

« Les attentats ont eu un certain impact mais plus faible que ce que l'on nous prédisait. Quoi qu'il en soit, les entreprises ont toujours besoin de faire des séminaires pour faire se rencontrer et remotiver leurs collaborateurs, ou pour préserver le moral des troupes. Surtout avec une conjoncture économique actuelle toujours aussi instable », constate Annie Heitor, co-fondatrice de l'agence W-Events, spécialisée dans l'organisation de séminaires et incentives (activité liée à la motivation des ventes). Si le séminaire est donc toujours perçu par les entreprises comme un outil indispensable de la motivation et de la fidélisation des équipes, elles sont néanmoins beaucoup plus regardantes sur les dépenses. Exit les longs séminaires de trois jours et deux nuits avec des destinations exotiques. « La tendance est plutôt à des courts séjours de deux jours et une nuit et des destinations recentrées sur la France ou l'Europe, plus accessibles financièrement. On se rend aussi compte que les entreprises privilégient de plus en plus l'authenticité du lieu aux côtés faste et luxe. L'idée étant de retrouver une certaine proximité avec les collaborateurs », développe Annie Heitor.

Rechercher l'effet « wahou »

La recherche d'économies ne doit néanmoins pas conduire l'entreprise à tomber dans la tentation low cost qui risquerait d'engendrer de l'insatisfaction chez les collaborateurs et qui nuirait ainsi à leur motivation. En clair, mieux vaut ne rien faire plutôt que d'organiser un séminaire au rabais. Car pour motiver ses équipes, qu'il s'agisse d'incentive (récompense) ou de team building (construction d'équipe), le séminaire doit avant tout faire rêver. À défaut de pouvoir offrir à vos salariés un séminaire dans un hôtel 5 étoiles à Marrakech, vous devrez donc dénicher un écrin moins luxueux, plus cosy peut-être, plus authentique sûrement, avec des activités qui leur permettront tout de même d'en prendre plein les yeux. Bref, pour que le séminaire serve vraiment la motivation de vos collaborateurs, vous devrez obligatoirement rechercher l'effet « wahou ».

« Et ce n'est pas forcément une question de budget. On peut faire un très bon séminaire sans aller chercher du haut de gamme. Une destination attrayante au vert en France, des conditions d'accueil correctes sans être fastueuses, le fait que cela soit fluide pour se rendre sur le lieu du séminaire, c'est déjà le début de l'enthousiasme et de l'enchantement. Bon, il est vrai que faire un séminaire dans le fin fond de la Creuse n'est peut-être pas la meilleure option. Et encore que ! Si vous soignez le contenu de votre séminaire et trouvez les bonnes activités, tout est possible ! », conclut Martial Simon, expert en communication événementielle et fondateur de l'agence Equation-Evénement.

Identifiez vos objectifs et trouvez le séminaire le plus adapté

La réussite d'un séminaire de motivation passe par son organisation. Pour ce faire, la première étape est de définir les objectifs et le message à transmettre.


« Quand on organise un séminaire de motivation, on va chercher à jouer sur les émotions des collaborateurs de manière à pouvoir les stimuler positivement et collectivement, et à laisser une trace durable », analyse Annie Heitor, co-fondatrice de l'agence W-Events, spécialisée dans l'organisation de séminaires et incentives. Pour y parvenir, le dirigeant doit dans un premier temps cibler les objectifs de son séminaire. « Il va devoir rédiger une sorte de cahier des charges dans lequel il va établir ses objectifs prioritaires et le message qu'il souhaite véhiculer. Ce n'est pas la même chose d'organiser un séminaire de motivation où l'on va mettre en avant les bons résultats de ses équipes et un séminaire qui aura pour but de motiver ses forces commerciales pour aller chercher justement des résultats », explique Annie Heitor.

Les grand-messes, c'est fini !

Dans le premier cas, l'entreprise devra plutôt centrer l'organisation de son séminaire autour d'activités qui vont marquer les esprits et qui interviendront comme des récompenses. Dans le second, « on va plutôt s'orienter sur le challenge et la cohésion d'équipe. On va chercher aussi à mettre en place un sentiment d'appartenance et de culture d'entreprise. L'idée est aussi d'adapter son séminaire à sa cible. Il faut prendre en compte les profils des collaborateurs que l'on emmène : plutôt junior ou senior ? Plutôt masculin ou féminin ? », précise Annie Heitor. L'identification des objectifs et du message que l'on souhaite transmettre va ensuite permettre de mieux cibler l'événement à organiser et de définir ainsi le format le plus adapté. « La bonne transmission du message que l'on souhaite véhiculer durant le séminaire va dépendre de son format et des outils utilisés. Dans certains cas, il est plus intéressant pour l'entreprise d'opter pour un format de séminaire plus intimiste, sous forme de petits salons où l'on va rencontrer des experts métiers ou de tables rondes. Les grand-messes dans des salles de réunion gigantesques avec des orateurs qui se succèdent ont fait leur temps. Je privilégie plutôt les parcours initiatiques », expose pour sa part Martial Simon, expert en communication événementielle et fondateur de l'agence Equation-Evénement. Bien entendu, le choix du format et du lieu va aussi dépendre du budget que l'entreprise souhaite allouer à son séminaire. « L'idée c'est de parvenir à trouver le bon équilibre entre ce que l'on souhaite faire, les objectifs que l'on a définis et le budget dont on dispose. Et clairement, je conseille à l'entrepreneur de ne pas être trop obtus dans ses envies. Certaines destinations ne vont pas entrer dans le budget ou ne seront pas accessibles à certains moments de l'année. Mais il existe toujours des solutions alternatives qui vous permettront de réussir votre séminaire et de satisfaire vos salariés », conclut Esther Baruchel, fondatrice du site unseminairereussi.com.

Budget : attention à ne pas tomber dans le low cost !

Pas toujours évident de concilier les objectifs de son séminaire avec son budget. Il s'agit donc de trouver le bon équilibre pour ne pas engendrer de démotivation.


Crise économique oblige, les entreprises sont de plus en plus regardantes sur les dépenses de séminaires. « Même les grosses entreprises qui ont pourtant les moyens font attention à leurs dépenses et ont une idée très précise du budget qu'elles veulent investir. Et ce n'est pas un euro de plus ! Il faut dire que l'on n'est pas sorti de la crise. Il ne faut donc pas être dispendieux », confirme Esther Baruchel, dirigeante du site unséminaireréussi.com. Attention, le souci d'économie ne doit toutefois pas conduire l'entreprise à tomber dans le low cost. « Les salariés se rendent assez vite compte que l'entreprise cherche à faire des économies sur leur dos et cela peut s'avérer au final plus contre-productif qu'autre chose en termes de motivation. J'ai eu des retours assez négatifs de collaborateurs dont l'entreprise avait organisé un séminaire où ils étaient trois par chambre, dans des lieux ultra-économiques et avec des activités plus que limitées. Dans ce cas, les salariés se sentent mal traités et vivent assez mal leur séminaire, loin de leur famille », développe Esther Baruchel. « Est-ce vraiment rentable d'organiser un séminaire avec un budget trop restreint, qui ne permet pas d'avoir une bonne transmission du message que l'on souhaite faire passer ? Je ne le pense pas. Il m'arrive fréquemment de conseiller à des clients de reporter un séminaire quand ils n'ont pas les moyens suffisants pour faire un bon séminaire. Il n'y a rien de pire qu'un séminaire low cost. C'est une forme de non-reconnaissance des collaborateurs. Si vous ne donnez pas envie à vos collaborateurs, vous ne déclencherez pas leur enthousiasme, leur motivation et encore moins leur envie d'apprendre. Quand vous recevez vos collaborateurs, il y a des minima à respecter », enchérit Martial Simon, expert en communication événementiel et fondateur de l'agence Equation-Evénement.

Miser sur le contenu plus que sur le contenant

La destination, le lieu de réception, les conditions d'hébergement et de restauration... Autant de points concernés par ces fameux minimas. « Il ne s'agit pas forcément de faire dans le haut de gamme pour satisfaire ses salariés. On peut très bien les recevoir dans des établissements standards mais de qualité », assure Martial Simon. « L'époque des séminaires à Marrakech est un peu derrière nous. On peut partir moins loin, vers des destinations moins exotiques et plus abordables tout en trouvant un certain dépaysement, un confort et surtout une authenticité. On peut réussir son séminaire en misant un peu moins sur la destination et l'hôtel et un peu plus sur le contenu des activités. Il faut que les salariés aient le sentiment de sortir de leur cadre habituel », estime pour sa part Annie Heitoir, co-fondatrice de l'agence W-Events, spécialisée dans l'organisation de séminaires et incentives. Un avis partagé par Martial Simon. « Il faut du vrai contenu où les collaborateurs vont apprendre des choses et où ils vont participer à de vraies activités collaboratives. Il faut arriver à enchanter ses collaborateurs. C'est la clé pour réussir son séminaire et motiver ses salariés ».

Après-séminaire : comment conserver la dynamique ?

Réussir son séminaire, c'est bien ! Parvenir à faire en sorte qu'une fois terminé, la dynamique insufflée ne retombe pas comme un soufflé, c'est encore mieux !


Rien de tel qu'un séminaire pour insuffler une nouvelle dynamique et remotiver l'ensemble de ses équipes. Et après ? Comment réussir à faire en sorte que " l'effet booster " ne retombe pas comme un soufflé dans les semaines qui suivent le séminaire ? « C'est effectivement l'une des questions récurrentes que se posent les entreprises. On peut commencer par remercier les équipes de leur participation active via un email. On peut aussi envoyer un questionnaire de satisfaction à l'ensemble des salariés. L'intérêt est double. Cela permet aux salariés de se sentir considérés et en même temps de réajuster le tir pour le séminaire suivant », explique Esther Baruchel, la fondatrice du site unséminaireréussi.com.

Une soirée vidéo ou photo pour prolonger le plaisir

En plus de l'email et du questionnaire de satisfaction - ce que Martial Simon, fondateur de l'agence Equation-Evénement définit sous le vocable de « minimum syndical » -, l'entreprise peut tenter de prolonger le plaisir avec une soirée au cours de laquelle les salariés seront conviés à visionner les photos et vidéos réalisées durant le séminaire. « C'est une bonne façon de prolonger la complicité entre salariés qui a pu naître durant le séminaire. Mais il ne faut pas que ce type de soirée ne se déroule qu'une fois dans l'année. Il faut surfer sur la vague du séminaire pour organiser ensuite d'autres soirées d'entreprise qui permettront de fédérer encore plus les équipes », détaille Esther Baruchel.

Un « fil rouge » digital

L'autre solution pour prolonger le plaisir et renforcer la cohésion d'équipe et le sentiment d'appartenance, c'est de mettre en place un « fil rouge » digital durant le séminaire. « Le but n'est pas de faire un événement sur les réseaux sociaux car il faut garder l'esprit humain du séminaire. En revanche, on va faire perdurer l'effet du séminaire grâce au digital, en mettant par exemple en place un fil rouge durant l'événement avec un système de hashtag sur Twitter. Cela va permettre à chaque salarié de poster ses propres photos et commentaires et de faire perdurer le tout au fil des semaines et des mois. Chacun va pouvoir communiquer à sa façon et prouver son appartenance. Et puis, il ne faut pas oublier que le salarié est le premier ambassadeur de son entreprise, y compris sur les réseaux sociaux », développe Annie Heitor de l'agence W-Events.

Asseoir l'événement dans la durée

Et de conclure : « A Palma de Majorque, un hôtel a d'ailleurs été surnommé l'hôtel Twitter. Tout a été pensé pour que les visiteurs vivent une expérience de partage social. Les hôtes ont la possibilité de discuter entre eux et de créer leur propre communauté interne. C'est intéressant car le digital vient prolonger le physique et permet d'asseoir l'événement dans la durée ».

Dossier réalisé par Gilles Cayuela

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012